National | Par Didier Bouville

La FNP adresse à l’aval de la filière porcine : «la viande n’est pas un vulgaire minerai !»

«Les éleveurs de porcs français assurent une traçabilité exemplaire de leurs animaux et de leurs pratiques. Ces efforts représentent un coût de production. L’alimentation a donc un prix ; la viande ne doit plus être considérée comme un vulgaire minerai », décrivent Jean-Michel Serres, président de la Fédération nationale porcine (FNP) et Paul Auffray, secrétaire général de la FNP, dans une lettre ouverte du 18 février adressée à l’aval de la filière porcine française. Inquiets des retombées négatives de l’affaire Spanghero sur la confiance des consommateurs, les deux hommes rappellent leur soutien au renforcement des autocontrôles au sein des entreprises agroalimentaires, mais ajoutent que ce n’est pas suffisant.

L’étiquetage de la viande fraîche et de la viande transformée doit être obligatoire et en outre, la FNP condamne les positions prises par les transformateurs au niveau européen en faveur d’un étiquetage UE/non UE. « Refuser d’évoluer vers une origine nationale des produits nous semble un comportement suicidaire, qui expose plus facilement à des approvisionnements douteux ». La FNP s’indigne enfin des comportements hypocrites : « la filière porcine française n’a rien à gagner à encourager le comportement libéral de quelques grandes multinationales de la transformation qui n’hésitent pas à s’approvisionner à l’extérieur à moindre coût ». La filière française compte de nombreuses entreprises de charcuterie-salaison qui sont des PME dont le marché est national.

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Divers

Recherche 2 pneus d’occasion 16-9-34 bon état. Tél 06 72 60 01 73 HR

Emplois

Recherche chauffeur expérimenté si possible pour conduite tracteur et remorque autochargeuse ensileuse pour la campagne +lisier labour et semis si intéréssé pour la saison avril mai 2024. Tél 06 24 29 86 58 Secteur 12270 La Fouillade

Sur le même sujet

Au cours des deux derniers mois, 2 % de jeunes bovins de plus que l’an passé ont été abattus alors que le nombre de vaches allaitantes réformées a diminué de 7,9 %. © iStock-Gabriele Grassl La production de viande bovine change de profil. «La relocalisation de l’engraissement en France semble porter ses fruits», observe l’Institut de l’élevage (Idele) dans une récente étude. Les sorties de jeunes bovins et génisses compensent presque la baisse des abattages de vaches allaitantes. Sur les semaines 4 à 11 couvrant les mois de février et mars, le nombre de jeunes bovins abattus était en hausse de près de 2 % par rapport à 2023, note l’Idele. Toutes les catégories d’animaux sont orientées à la hausse : +1,9…