National | Par Didier Bouville

«La filière française ne peut être mise en cause», rappelle X. Beulin (FNSEA)

Sur le scandale des plats surgelés à la viande de cheval, le président de la FNSEA a souligné le 11 février qu’il s’agissait non pas d’un problème sanitaire mais bien d’une fraude, «avec malheureusement des gens qui se comportent comme des truands», a-t-il indiqué à Agra Presse. « En aucun cas, la filière française ne peut être mise en cause ».

Selon Xavier Beulin, l’affaire soulève deux types de problèmes. D’abord la limite des « systèmes de traçabilité » : « il existe une exigence très forte en France depuis l’ESB en 1996. On a injecté énormément de moyens. Or, si cette traçabilité est dévoyée dès lors que l’on passe à l’échelle européenne ou internationale… Cela renvoie à la question des contrôles aux frontières. On ne contrôle pas assez les entrées aux frontières ».

Autre problème soulevé par le chef de la centrale agricole : la différence d’un état membre à l’autre en matière d’exigences sanitaires, sur les points de contrôle, les dispositifs, les procédures etc. « Je ne veux pas jeter la pierre à nos voisins, mais depuis quelques années beaucoup de nos problèmes nous viennent de l’extérieur », a souligné Xavier Beulin qui a par ailleurs salué le travail mené par les services sanitaires français. « Je ne suis pas sûr qu’il y ait la même exigence dans certains pays ».

Dans un communiqué daté du même jour, les Jeunes agriculteurs ont appuyé cette position et plaidé en faveur d’« une totale transparence sur tous les produits, y compris transformés ». Selon eux, la faute revient dans cette affaire aux acheteurs qui s’approvisionnent à l’étranger, « au détriment de la qualité » et en vue de « maximiser leurs profits ». Il est temps de « repenser la façon dont on distribue nos produits agricoles jusqu’au consommateur », ont-ils ajouté.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

De nombreuses organisations professionnelles ont réagi le 10 juin aux résultats des élections européennes et à l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, Emmanuel Macron. © Actuagri CS Sur les Européennes, la FNSEA rappelle notamment que «l’agriculture française est indissociablement liée à l’Europe». Le syndicat majoritaire demande au nouveau Parlement européen «de poursuivre au plus vite le dialogue stratégique ouvert avec les acteurs du monde agricole et de formuler des mesures concrètes pour l’avenir de l’agriculture». Il demande en particulier de «remettre au premier plan l’acte de production et de faire cesser toute tentation décroissante, de stimuler la recherche et l’innovation, de faire preuve de cohérence sur les accords de libre-échange…».  La FNSEA qui…