Aveyron | Par Didier Bouville

«Il n’est plus supportable que ces individus agissent ainsi en toute impunité»

Nouvelle attaque des Faucheurs volontaires sur un site de RAGT.

Mercredi 10 novembre, peu avant 14 heures, 80 individus se réclamant des Faucheurs volontaires ont fait intrusion sur un site industriel de RAGT, près de Rodez. Une nouvelle agression caractérisée, qui a fait d’importants dégâts. Ces hors-la-loi ont détruit des milliers de doses de semences de tournesol, privant les agriculteurs de semences au moment où les disponibilités constituent un réel enjeu.

RAGT s’inscrit totalement en faux contre les allégations de ses agresseurs. Rappelons qu’il y a à peine quelques heures, le Conseil d’Etat renvoyait le dossier de la mutagénèse à la Cour européenne de Justice en lui demandant de trancher le débat, de définir ce qu’est une « technique de mutagenèse traditionnellement utilisée pour diverses applications et dont la sécurité est avérée depuis longtemps ».

« Ce que nous faisons est totalement légal, martèle Laurent Guerreiro, le Directeur général de RAGT Semences. Une entreprise centenaire comme RAGT a toujours suivi et suit la réglementation au pied de la lettre. Agir autrement serait complètement suicidaire de notre part. Pour des raisons qui nous échappent totalement, ces individus se plaisent à être des marchands de peur ».

Entrés par effraction dans des bâtiments, les Faucheurs volontaires ont commis des délits et doivent être punis. RAGT, qui a porté plainte à la gendarmerie, attend de la Justice qu’elle fasse son devoir, qu’elle dise le droit. « Il n’est plus supportable que ces individus agissent ainsi en toute impunité », prévient Laurent Guerreiro.

Source RAGT

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Initialement annoncé le 15 mars par le gouvernement, le versement des aides MAEC et Bio n’est toujours pas soldé, trois mois après… Une situation «inadmissible» qu’ont dénoncé les responsables FDSEA et JA venus rencontrer le directeur de la DDT, lundi 17 juin. Marie-Amélie Viargues, présidente de la FDSEA et Nicolas Bosc, président de la section AB FDSEA et Mathieu Bedel, responsable groupe Bio JA et Léo Nakich, président JA 12, à la sortie de leur rencontre avec la DDT, lundi 17 juin. «La situation est plus qu’urgente !», une délégation de la FDSEA et des JA est allée demander à l’Etat de «respecter ses engagements et payer ce qu’il doit !». En effet, le gouvernement avait annoncé le versement des…