Aveyron | Par La rédaction

Groupe de Camboulazet : Un nouveau départ

Créé il y a plus de 20 ans par Raymond Lacombe, le Groupe de Camboulazet prend un nouveau départ. Sous la houlette de Bernard Cazals, responsables agricoles d’hier et d’aujourd’hui œuvrent pour un développement socio-économique harmonieux du rural, pour que n’existe pas de fossé entre l’agriculture et la société.

Depuis la crise sanitaire, difficile de créer des liens, de se retrouver pour échanger et débattre mais le Groupe de Camboulazet n’a pas coupé les ponts et continue par le biais de ses partenariats avec JA et le Conseil départemental, mais aussi des collectivités territoriales, à mener des projets pour faire vivre la ruralité.

Outre les cycles de conférences qui abordent tout autant l’agriculture et la société, les défis de l’avenir, la PAC, l’environnement, l’économie, les échanges mondiaux… le Groupe de Camboulazet a initié ces dernières années, plusieurs réflexions sur l’organisation territoriale. Des territoires porteurs d’initiatives comme Mur de Barrez, Laissac, Camarès, Naucelle-Arvieu… ont été pris en exemple pour réfléchir globalement à l’avenir de la ruralité aveyronnaise. Cette réflexion avait donné lieu à une grande conférence fin 2019. Et à une charte des territoires qui défend quelques grands principes : une connaissance partagée de toutes les ressources du territoire, la prise en compte des besoins de qualité de vie de tous les habitants du territoire, la proximité pour favoriser les contacts, les échanges, les mises en commun, des axes d’intérêt commun, une gouvernance partagée du territoire… Et dernièrement, le Groupe de Camboulazet a accompagné le Pays Ségali Communauté dans son étude de la cohésion territoriale en collaboration avec des étudiants de Purpan. «Cette étude a fait ressortir la richesse de notre Pays Ségali : l’agriculture», a témoigné Gaby Espie, élu local. «Les échanges se poursuivent aujourd’hui avec l’implication des élus de notre territoire sur le dossier de la transmission des exploitations».

Elever le débat

Et Benoit Quintard, vice-président de la caisse régionale du Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées, de confirmer l’intérêt d’accompagner ces réflexions de territoire : «Les travaux du Groupe de Camboulazet sont porteurs pour les réflexions au sein de nos structures». «Le Groupe de Camboulazet nous permet d’aborder les sujets transversaux et parfois un peu délicats», confie aussi Aurélien Viala, administrateur JA. Des interventions qui confortent le Groupe de Camboulazet dans son rôle et son action d’accompagnateur. «Nous vivons dans une société où domine la pensée urbaine, et le rural, loin d’être un bloc homogène, apporte une belle diversité. A nous de la mettre en valeur et de la faire entendre !», a encouragé Dominique Fayel. L’occasion pour Bruno Montourcy, président du conseil d’administration de l’Agricampus La Roque, partenaire historique du Groupe de Camboulazet, d’enfoncer le clou : «A travers nos réflexions, nous sommes là aussi pour faire reconnaître l’agriculture à sa juste valeur. En assurant des prix rémunérateurs, on fait vivre le territoire, on installe des familles, des jeunes… Si nous voulons maintenir des territoires ouverts, dynamiques partout, nous avons besoin d’élever le débat». Et Sabine Delbosc Naudan, vice-présidente de la MSA Midi-Pyrénées Nord de compter sur le Groupe de Camboulazet pour transmettre l’histoire de l’agriculture aveyronnaise «qui échappe à un certain nombre de jeunes… et même parfois au sein de nos OPA».

Eva DZ 

 camboulazet+barnard cazals+

Toutes les actualités

Sur le même sujet

L’expérience ayant été concluante (il ne leur restait plus une seule bouteille !), les Vignerons d’Olt ont sorti le 9 mai, pour la deuxième année, leur cuvée Lou Mazuc, un vin Estaing AOP, élevé dans un buron sur l’Aubrac. A (re)-découvrir ce week-end au salon du terroir lors de la Fête de la Vache Aubrac en Transhumance. Lors de la sortie de la cuvée Lou Mazuc début mai (© Vignerons d’Olt). Ils attendaient le verdict des amateurs pour renouveler l’expérience et ils n’ont pas eu à attendre longtemps ! Les Vignerons d’Olt ont mis à vieillir leur vin, pour la deuxième année, dans un buron sur l’Aubrac sur les hauteurs de Laguiole. A 1 200 m d’altitude, pendant une année,…