National | Par La rédaction

Groupama d’Oc Pierre Martin, agriculteur, nouveau président

A l’occasion de la rencontre nationale de Groupama qui s’est tenue les 8 et 9 juin, le conseil d’administration a élu Pierre Martin, président de Groupama d’Oc. Il succède à Jean-Yves Dagès qui occupait cette fonction depuis 2011.

Exploitant agricole dans les Hautes-Pyrénées, Pierre Martin devient le nouveau président de Groupama d’Oc. Depuis plus de 20 ans engagé dans le mutualisme, il est président de la fédération départementale des Hautes-Pyrénées depuis 2013. Au niveau de la caisse régionale, il a accompagné Jean-Yves Dagès dans ses fonctions, en tant que trésorier de Groupama d’Oc. Aujourd’hui, Pierre Martin est aussi président de la Chambre d’agriculture dans son département.
«Très fier d’être élu président de Groupama d’Oc», Pierre Martin a tenu à saluer son prédécesseur, Jean-Yves Dagès, qui a exercé les fonctions de président régional et national : «Humaniste animé par un attachement sincère et réel aux valeurs du mutualisme, il a toujours été un ardent défenseur d’une gouvernance à deux têtes. Je suis aujourd’hui très heureux de la représenter aux côtés d’Olivier Larcher, le directeur général de Groupama d’Oc. Mon action et celle du conseil d’administration de Groupama d’Oc s’inscrivent dans la force du collectif au service de la satisfaction de nos plus de 500 000 sociétaires».
Jeudi 15 juin, Pierre Martin a présenté aux côtés d’Olivier Larcher, l’activité de Groupama d’Oc pour l’année 2022 et ses perspectives. Leurs interventions seront détaillées dans un prochain article de La Volonté Paysanne.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

De nombreuses organisations professionnelles ont réagi le 10 juin aux résultats des élections européennes et à l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, Emmanuel Macron. © Actuagri CS Sur les Européennes, la FNSEA rappelle notamment que «l’agriculture française est indissociablement liée à l’Europe». Le syndicat majoritaire demande au nouveau Parlement européen «de poursuivre au plus vite le dialogue stratégique ouvert avec les acteurs du monde agricole et de formuler des mesures concrètes pour l’avenir de l’agriculture». Il demande en particulier de «remettre au premier plan l’acte de production et de faire cesser toute tentation décroissante, de stimuler la recherche et l’innovation, de faire preuve de cohérence sur les accords de libre-échange…».  La FNSEA qui…