Aveyron | Par La rédaction

Gîtes de France Un label en plein développement

Nombre de séjours, de porteurs de projet, de labellisation, volume d’affaires… les chiffres n’ont jamais été aussi bons pour Gîtes de France Aveyron. Une reconnaissance pour ce label dont les valeurs (qualité, authenticité, fiabilité, accueil chaleureux et personnalisé) perdurent au-delà des modes, du temps.

Gîtes de France Aveyron a tenu son assemblée générale jeudi 16 juin à Saint Rome de Tarn, sous la présidence d’Anne Cavaignac et tout près de chez Guy Soulié, administrateur.

Pour son assemblée générale, Gîtes de France Aveyron avait choisi le sud Aveyron et plus particulièrement Saint Rome de Tarn pour réunir ses adhérents, toujours plus nombreux. Dans l’ancien cellier des Moines de Conques, la présidente, Anne Cavaignac, entourée de son équipe technique, a présenté les bons résultats de la marque, salués par les élus locaux, dont le sénateur, Alain Marc. «C’est peut-être un élément positif que l’on retiendra de la crise sanitaire : le retour des clients à des valeurs rassurantes, à l’image de celles que nos propriétaires d’hébergements labellisés Gîtes de France proposent», a-t-elle introduit fière de voir ces valeurs perdurer au-delà des modes, du temps. «En 2021 j’ai vu des touristes heureux de se déplacer, de découvrir ou redécouvrir notre département, ses paysages, ses activités, son patrimoine, ses hommes, ses femmes qui les accueillent avec le sourire dans nos hébergements», rapporte la présidente. Elle ajoute : «J’ai entendu des propriétaires tout aussi heureux de me relater leur belle saison, leur joie de pouvoir à nouveau accueillir. Tous leurs efforts pour gagner la confiance des touristes en termes de pratiques sanitaires ont été récompensés», saluant aussi l’engagement de l’équipe technique de Gîtes de France Aveyron, emmenée par Valérie Duchatelle.
Un rayonnement retrouvé qui se traduit notamment par un nombre de séjours élevé et une demande accrue de porteurs de projets (une centaine de contacts et une cinquantaine de labellisations). Les gîtes constituent le principal hébergement (486 gîtes, soit 88% du parc Gîtes de France) mais les maisons (55) et chambres d’hôtes (153)perdurent malgré une petite baisse. Sans oublier les 13 gîtes de groupe, 6 campings et 35 chalets de loisirs (2 propriétaires).

La qualité de service est un des atouts de Gîtes de France, pour preuve le très faible nombre de litiges recensés et des avis clients très favorables affichant une moyenne de 4,5 sur 5. D’ailleurs, trois adhérents du département ont été récompensés aux Trophées clients (gîtes ayant reçu au moins 13 avis clients pour une note moyenne supérieure ou égale à 4,9 sur 5).   

Des porteurs de projet plus nombreux

La force du réseau Gîtes de France est l’accompagnement des propriétaires : depuis le premier contact du porteur de projet, à la labellisation, le suivi qualité, la promotion, la commercialisation et l’animation du réseau. «Notre atout est d’être disponible pour nos adhérents, d’assurer des permanences pour répondre à leurs questions et les accompagner au mieux», confirme Valérie Duchatelle. «Nous sommes à l’écoute des attentes des propriétaires», poursuit-elle. Ils bénéficient aussi d’un espace adhérent en ligne pour accéder à tous leurs documents, leur planning de réservations, modifier leur fiche hébergement… Des outils sont aussi disponibles pour améliorer la communication : photos, petits films, conseils de déco intérieure… Et fin 2021, toute la famille Gîtes de France était réunie à Bournazel pour fêter les 50 ans du label en Aveyron, une belle initiative festive et conviviale pour renforcer la cohésion !

Ancrage aux territoires

L’autre initiative du réseau auprès des propriétaires est l’organisation de journées patrimoine sur le territoire comme l’explique Anne Cavaignac : «sur la base de Tour Opérator, nous invitons les propriétaires sur un territoire afin de leur faire découvrir le patrimoine». Elle cite l’exemple du partenariat avec l’Office de tourisme de Cransac où une journée a permis de découvrir les balades en bateau à Flagnac, les thermes de Cransac… autour d’un repas composé de produits locaux pour parfaire la découverte ! Un projet du même type est envisagé sur les Raspes du Tarn. «Plus que jamais nous voulons nous ancrer dans le territoire en faisant le lien avec les offices de tourisme et parallèlement nous nous associons à la réflexion départementale sur le tourisme et l’attractivité», avance Anne Cavaignac, qui partage ces initiatives au conseil d’administration national de Gîtes de France. «L’appartenance à un réseau est un réel atout pour notre label, pour nos propriétaires». En terme de visibilité aussi puisque la fréquentation du site internet national dépasse les 15 millions de visiteurs en 2021.

Plus de 4 500 dossiers sont passés par le volet commercialisation en 2021 pour le réseau Gîtes de France Aveyron, un chiffre en très nette augmentation. Les mois de juillet et août étant les plus fréquentés mais les réservations s’étalent de mai à octobre et jusqu’en décembre pour ceux qui louent pendant les fêtes de fin d’année. «La demande est croissante, nous avons capté une nouvelle clientèle depuis la crise sanitaire. C’est très encourageant !», commente Anne Cavaignac, un peu soulagée de voir arriver de nombreux porteurs de projet qui pourront compléter le parc d’hébergements et répondre ainsi à cet afflux de séjours ! Si le parc d’hébergements se renouvelle, il reste tout de même fidèle aux valeurs portées par le label Gîtes de France, celles qui assurent sa pérennité, celles «qui donnent du sens à nos vies», ajoute la présidente. «Les Gîtes de France et l’Aveyron ont le vent en poupe, profitons-en et continuons de croiser nos efforts !», a-t-elle conclu.      

Eva DZ

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Réunie en assemblée générale vendredi 7 juin, l’union de coopératives BEVIMAC Centre Sud a présenté une activité, spécialisée dans l’export d’animaux vifs, en progression malgré la fermeture du marché algérien et un regain de valeur ajoutée pour les animaux destinés à l’Italie. L’assemblée générale de BEVIMAC Centre Sud s’est déroulée vendredi 7 juin. La stratégie de BEVIMAC Centre Sud, union des coopératives décidée il y a 9 ans, continue de porter ses fruits. Le débouché commercial vers les pays tiers bien que conditionné aux aléas géopolitiques et sanitaires, apporte une puissance d’achat aux coopératives adhérentes, CELIA, UNICOR notamment, et permet de capter une valeur ajoutée supérieure à celle des marchés européens. Pour Pierre Terral, le président, ces bons chiffres sont…