National | Par Didier Bouville

FRSEA Occitanie : action syndicale à Montauban, contre la réforme des zones défavorisées

La nouvelle carte concernant les zones défavorisées a été présentée en décembre. Une grande partie de la région Occitanie en est encore exclue. Pour cette raison, la FRSEA organise une action à Montauban, ce mercredi 24 janvier. La FDSEA invite les agriculteurs aveyronnais à participer. Le point de vue de Laurent St-Affre (notre photo), secrétaire général de la FDSEA, en charge du dossier zones défavorisées à la FRSEA Occitanie.

– Pourquoi cette manifestation ?

«Le ministère de l’agriculture a publié une nouvelle carte concernant les zones défavorisées en décembre. De nombreuses zones dans la région Occitanie ont été sorties du classement dont une grande partie en Tarn et Garonne, dans le Gers, le Tarn,… Même si l’Aveyron n’est pas impacté par cette nouvelle carte, nous devons maintenir la vigilance sur ce dossier, à quelques jours d’une nouvelle réunion au ministère, prévue le 26 janvier. Parce que tout peut encore changer !

– Quelle action avez-vous prévue ?

Nous organisons un rassemblement à Montauban car le Tarn et Garonne est l’un des départements de la région, les plus impactés. Un bus est programmé pour l’Aveyron (lire ci-contre), pour une arrivée à Montauban à 10h et une fin de manifestation à 15h30. Nous espérons un cortège important d’agriculteurs pour rencontrer les représentants de l’Etat et leur rappeler nos arguments, les spécificités de notre territoire qui nécessite un classement en zone défavorisée. Ce classement est vital pour les exploitations et pour l’ensemble de nos territoires. Si nos contraintes naturelles ne sont plus reconnues, comment être compétitifs dans nos zones ? Il est donc important de se mobiliser dans la continuité des actions que nous avons déjà menées sur le sujet».

Eva DZ

Lire aussi dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 18 janvier 2018.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

La mobilisation syndicale commence à porter ses fruits. Le gouvernement français et les instances européennes ont avalisé un train de mesures de simplification. Reste à savoir ce qu’elles deviendront. © iStock-Daenin Arnee C’était l’une des principales revendications des manifestations de l’automne et de l’hiver : mettre fin aux surtranspositions, simplifier les procédures et faire en sorte que les agriculteurs ne soient plus noyés sous le flot incessant de paperasses et déclarations en tous genres qui les entravent dans leur quotidien et les détournent de leur vocation première : produire pour nourrir. Dans le cadre du 8e comité interministériel de la transformation publique, organisé le 23 avril, le Premier ministre Gabriel Attal avait apporté quelques premières réponses sur le chantier de cette nécessaire simplification.…