National | Par Didier Bouville

Franc succès du 32ème Sommet de l’élevage

Le salon auvergnat a attiré un visitorat important mais aussi concentré l’attention médiatique pendant une semaine.

La 32ème édition du Sommet de l’élevage a refermé ses portes le 6 octobre sur un succès. Il a accueilli 115 000 visiteurs et 1 681 exposants, ce qui fait de ce rendez-vous « le premier salon européen de l’élevage » revendiquent les organisateurs. « Cette nouvelle édition est un millésime exceptionnel, tant par les chiffres que par la convivialité qui s’est encore développée d’un cran » constate Fabrice Berthon, commissaire général. « Cette 32ème édition est également une belle réussite avec d’importantes affaires conclues dans les allées et de nombreux moments de convivialité », ajoute Jacques Chazalet, président du salon. « C’est cela aussi le Sommet : quatre jours de plaisir ! ». Le salon a reçu de nombreuses personnalités politiques dont les ministres de l’Agriculture Marc Fesneau, et de l’Economie, Bruno Lemaire, ou encore Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne Rhône-Alpes. Pays d’honneur de cette édition, la Géorgie, qui souhaite orienter son développement économique dans le secteur de l’élevage, était représentée par une délégation de 40 géorgiens. Otar Shamugia, ministre géorgien de l’Agriculture a signé, avec Marc Fesneau, une lettre d’intention de coopération entre la France et la Géorgie. Le Sommet se développe aussi à l’international avec l’accueil de 5 000 visiteurs originaires de 90 pays et une croissance de 10 % des exposants étrangers, venus, en majorité, de pays européens.

Désormais, les organisateurs se fixent un nouveau défi : franchir la barre des 1 700 exposants et accueillir 120 000 visiteurs.

L’édition 2024 se tiendra les 1er, 2, 3 et 4 octobre 2024 et accueillera le concours national de la race Salers en bovin viande.

La rédaction

Toutes les actualités

Sur le même sujet

La mobilisation syndicale commence à porter ses fruits. Le gouvernement français et les instances européennes ont avalisé un train de mesures de simplification. Reste à savoir ce qu’elles deviendront. © iStock-Daenin Arnee C’était l’une des principales revendications des manifestations de l’automne et de l’hiver : mettre fin aux surtranspositions, simplifier les procédures et faire en sorte que les agriculteurs ne soient plus noyés sous le flot incessant de paperasses et déclarations en tous genres qui les entravent dans leur quotidien et les détournent de leur vocation première : produire pour nourrir. Dans le cadre du 8e comité interministériel de la transformation publique, organisé le 23 avril, le Premier ministre Gabriel Attal avait apporté quelques premières réponses sur le chantier de cette nécessaire simplification.…