National | Par Didier Bouville

FNB : les éleveurs attendent un signal fort de Stéphane Le Foll

«En 2012, la production de viande bovine s’est repliée de 5 %. Les perspectives ne sont pas meilleures pour 2013 (-2 %) », a déclaré Pierre Chevalier, président de la Fédération nationale bovine (FNB), lors d’une conférence de presse qui se tenait à Paris le 22 janvier. Les difficultés de l’élevage allaitant français sont connues (hausse des coûts de production, empilement des contraintes administratives et environnementales…) et les dossiers n’avancent pas. La FNB attend donc plus du ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll tant au niveau national (renforcement de l’action pour le développement de l’export vers les Pays tiers, mise en œuvre d’une contractualisation prenant en compte les coûts de production) qu’européen.

« L’Union européenne n’a que les mots convergence des aides Pac à la bouche », poursuivent les professionnels. Pourtant bien d’autres dossiers européens sont attendus des éleveurs : maintien d’une aide couplée à la vache allaitante et mise en œuvre d’une mesure de surprime aux hectares fourragers par exemple. L’Assemblée générale de la FNB se tiendra à Guéret (23) les 6 et 7 février. Stéphane Le Foll y viendra : les professionnels l’attendent de pied ferme.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Rapportés à la quantité de viande produite, les systèmes d’élevage les plus intensifs et les plus prolifiques sont les plus frugaux en énergie, selon l’Institut de l’élevage (Idele). La consommation de carburant plombe le bilan énergétique des systèmes pastoraux. L’Institut de l’élevage a comparé les consommations en énergie de 159 exploitations du réseau Inosys « Ovin viande », représentatives de la filière ovine, à leurs performances technico-économiques. Parmi ces exploitations, cinq systèmes d’élevage ont été identifiés. Les fermes les plus intensives rattachées au système « Fourrager » consomment, 13,1 mégajoules par hectare de SAU (MJ/SAU) alors que leurs consœurs « Plaine herbager » (6,3 MJ/ha) sont bien plus frugales. En fait, l’énergie consommée par les exploitations ovines d’Inosys est répartie…