National | Par Didier Bouville

Fin des quotas laitiers : la Commission européenne satisfaite

Le Commissaire européenne a présenté le 19 décembre son rapport sur la suppression progressive des quotas laitiers. Pour l’institution, tout se passe comme cela était prévu dans le secteur laitier. Le rapport estime que «d’année en année, les quotas laitiers perdent progressivement de leur pertinence», et ne sont donc plus d’aucune utilité pour limiter la production.

Pour la Commission, l’offre européenne de lait est désormais capable de mieux s’adapter au marché et les producteurs peuvent gagner en efficacité au travers de la restructuration. Le paquet lait permet aux opérateurs d’adapter leur offre à la demande du marché et ainsi équilibrer les tendances. En conclusion, il n’est pas nécessaire de modifier le cadre existant, selon la commission, jugeant qu’il confère une sécurité aux producteurs depuis 2008 et reste efficace pour garantir une suppression progressive des quotas. Des remarques peu partagées par les Etats membres.

Pour six pays (Irlande, Pays-Bas, Luxembourg, Danemark, Autriche et Lettonie), il faudrait pouvoir augmenter les quotas afin de ne pas être touchés par le superprélèvement. Pour la Finlande et le Portugal, il faudrait organiser un débat sur la fin des quotas laitiers de la même façon que cela a été fait pour les droits de plantation. La Pologne s’est prononcée pour le maintien des quotas. La Belgique, l’Espagne et la France ont demandé à ce qu’il y ait des mesures pour éviter une crise dans le secteur laitier. Pour la France, il conviendrait de réfléchir à un autre mécanisme à activer en cas d’excédent. L’Espagne a déclaré qu’elle était inquiète de la situation dans le secteur du lait, et qu’elle prévoyait une crise lorsque les quotas seront terminés, si aucune mesure n’est mise en place. La Slovénie et la Slovaquie se sont également prononcées en faveur d’un filet de sécurité.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

De nombreuses organisations professionnelles ont réagi le 10 juin aux résultats des élections européennes et à l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, Emmanuel Macron. © Actuagri CS Sur les Européennes, la FNSEA rappelle notamment que «l’agriculture française est indissociablement liée à l’Europe». Le syndicat majoritaire demande au nouveau Parlement européen «de poursuivre au plus vite le dialogue stratégique ouvert avec les acteurs du monde agricole et de formuler des mesures concrètes pour l’avenir de l’agriculture». Il demande en particulier de «remettre au premier plan l’acte de production et de faire cesser toute tentation décroissante, de stimuler la recherche et l’innovation, de faire preuve de cohérence sur les accords de libre-échange…».  La FNSEA qui…