Aveyron | Par La rédaction

FD CUMA Elisabeth Ollitrault, nouvelle directrice

Arrivée en mai, Elisabeth Ollitrault est la nouvelle directrice de la Fédération départementale des CUMA. A 50 ans, cette Aveyronnaise a décidé de donner un nouveau tournant à sa carrière en renouant avec ses racines.

D’abord formée à l’informatique, Elisabeth s’est ensuite spécialisée dans le management et l’organisation qualité au sein de l’entreprise Inforsud, pendant plus de 20 ans. Au moment du COVID, elle a décidé de voler de ses propres ailes en créant sa micro-entreprise pour se consacrer au management de projet. Très attachée à son territoire (elle est adjointe à la mairie de La Loubière), ambassadrice de la culture aveyronnaise, adepte du bien vivre et du bien manger, elle est revenue aux sources, celle de ses racines agricoles. Son père était agriculteur, son frère a repris la ferme familiale, un élevage Aubrac Bio et son mari, Thierry, s’est reconverti il y a 12 ans dans l’élevage d’escargots à Flavin. «Lorsque les responsables de la FD CUMA m’ont présenté leur projet autour du renouvellement des générations, des nouvelles pratiques agroécologiques, leur envie de travailler le sol différemment, je m’y suis bien retrouvée», sourit Elisabeth, soucieuse de «préserver le patrimoine que l’on nous a confié». En poste depuis quelques mois, la nouvelle directrice prend ses marques : «l’humain est au cœur de mes préoccupations. A travers le management de l’équipe de 17 personnes à la Fédération, nous voulons donner du sens aux projets des CUMA et ils sont nombreux !», résume Elisabeth, bien décidée à accompagner les transitions à venir.  

Eva DZ

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Les adhérents d’APO – Alliance Porci d’Oc étaient réunis en assemblée générale, vendredi 14 juin. Lionel Tauriac, le président et Mikaël Le Gallic, directeur général, ont fait le point sur l’activité et sur les projets de la coopérative. La coopérative APO était en assemblée générale vendredi 14 juin à Rodez © APO Malgré une année 2023 plus compliquée, hausse des énergies et des charges en général, baisse de la production porcine, la coopérative APO «s’en sort très bien» selon ses responsables. «Que nous dégagions un résultat positif après cette année difficile est une vraie satisfaction», résume Lionel Tauriac.Appuyé de son directeur, Mikaël Le Gallic, le président de la coopérative explique cette bonne santé par la complémentarité entre les différentes activités…