National | Par Didier Bouville

F. Hollande pour la mise en place de mécanismes de solidarité éleveurs-céréaliers

«Le président de la République nous a demandé de faire en sorte que la profession propose des dispositifs entre le secteur végétal et le secteur animal pour passer ce cap difficile», a indiqué Xavier Beulin, le 28 août, à l’issue d’un entretien d’une heure avec le président de la République.

Le président de la FNSEA a réaffirmé sa volonté à s’engager sur cette voie solidaire : «Chacun doit faire des efforts. Et bientôt, nous pourrons montrer qu’à nouveau « végétal et animal », ça n’est pas une vue de l’esprit, mais que nous sommes en capacité de mettre en place de nouvelles relations pour amortir cette volatilité des prix», a-t-il commenté. Ces mécanismes pourraient concrètement s’appuyer sur des «formes contractuelles» fondées sur la réciprocité entre les filières végétale et animale.

La FNSEA s’est engagée à faire ses propositions lors du salon SPACE à Rennes, du 11 au 14 septembre, qui ouvrira avec la venue de François Hollande : «Le Président de la République nous a confirmé sa présence et il nous a dit qu’il reviendrait sur l’ensemble de ces sujets». La politique agricole commune (PAC) pour laquelle François Hollande a réitéré son engagement à maintenir le budget et les rapports entre producteurs, transformateurs et distributeurs sont des thèmes qui devraient à nouveau être abordés. Si la hausse des prix des céréales a aujourd’hui peu d’impact sur les prix dans les magasins, ce ne sera plus le cas dans les 3, 4, 5 mois qui viennent, a enfin expliqué Xavier Beulin au président de la République.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Les prix des grains baissent depuis que la moisson a débuté dans l’hémisphère nord et donne un sentiment d’abondance sur les marchés. La Russie expédie rapidement sa nouvelle récolte, meilleure qu’attendue. Mais l’Union européenne reste sur le banc. © iStock-da-kuk Au terme du premier conseil spécialisé de la nouvelle campagne 2024-2025, FranceAgriMer a annoncé que la France ne produirait que 29,4 millions tonnes (Mt) de blé cette année. Sur les 4,2 millions d’hectares (Mha) semés l’automne passé, le rendement moyen serait de 69,9 quintaux par hectare (q/ha), soit 4 q/ha de moins que l’année passée. Arvalis, institut du végétal est beaucoup plus pessimiste. Selon lui, le rendement moyen n’excèderait pas 64 q/ha (versus 74 q/ha en 2023). Autrement dit, la…