National | Par Didier Bouville

Etiquetage : Interbev attend «une prise de position ferme» de Bruxelles

« Il est inacceptable de constater que malgré les crises récentes et la mobilisation des professionnels sur ce sujet, la Commission européenne s’entête dans des propositions qui ne répondent en aucun cas à l’exigence des consommateurs », a déclaré Dominique Langlois, président d’Interbev (interprofession bétail et viandes), le 11 octobre.

Bruxelles s’apprêterait à proposer un « étiquetage qui ne spécifierait pas l’origine du pays dans lequel l’animal est né ». Depuis plusieurs mois, Interbev exige que soit spécifiée pour la viande fraîche comme pour les plats préparés, l’indication d’origine (né, élevé, abattu) pour les viandes bovines et ovines.

En filière porcine, le Comité régional porcin (CRP) Bretagne a aussi vivement réagi car la Commission européenne devait se saisir de la question de la mention d’origine sur la base d’un rapport sur « l’indication obligatoire de l’origine de la viande utilisée en tant qu’ingrédient et sur la nécessité ou non d’introduire l’étiquetage d’origine de la viande utilisée pour les produits transformés ». Sauf que le texte en question « ne fait aucune proposition législative », constate le CRP dans un communiqué, le 11 octobre.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Rapportés à la quantité de viande produite, les systèmes d’élevage les plus intensifs et les plus prolifiques sont les plus frugaux en énergie, selon l’Institut de l’élevage (Idele). La consommation de carburant plombe le bilan énergétique des systèmes pastoraux. L’Institut de l’élevage a comparé les consommations en énergie de 159 exploitations du réseau Inosys « Ovin viande », représentatives de la filière ovine, à leurs performances technico-économiques. Parmi ces exploitations, cinq systèmes d’élevage ont été identifiés. Les fermes les plus intensives rattachées au système « Fourrager » consomment, 13,1 mégajoules par hectare de SAU (MJ/SAU) alors que leurs consœurs « Plaine herbager » (6,3 MJ/ha) sont bien plus frugales. En fait, l’énergie consommée par les exploitations ovines d’Inosys est répartie…