National | Par Didier Bouville

Etats du G20 : coopération sur la gestion des matières premières agricoles et l’agroécologie

Stéphane Le Foll a participé, à Rome, le lundi 7 octobre, à la deuxième réunion ministérielle sur la volatilité des prix agricoles. Cette réunion fait suite aux décisions prises lors du G 20 agricole.

Plus de 40 ministres de l’agriculture internationaux ont confirmé  « la pertinence des actions mises en œuvre » concernant le système d’information sur les marchés agricoles (AMIS) et son forum de réaction rapide. Stéphane Le Foll a appelé « à faire de cette réunion ministérielle un rendez-vous régulier à haut  niveau sur des agendas permettant la mise en oeuvre effective des conclusions du Comité de la Sécurité alimentaire de la FAO. Le Ministre a également proposé d’approfondir et de décliner ces initiatives à l’échelle régionale », selon le communiqué du ministère de l’Agriculture du 7 octobre.

Un « AMIS pour la Méditerranée » sera également à l’ordre du jour de la prochaine réunion des ministres de l’agriculture à Alger le 27 novembre. Stéphane Le Foll a aussi fait le point avec le Commissaire à l’agriculture de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur l’avancement du projet de réserves alimentaires d’urgence en Afrique de l’Ouest lancé en 2012. Par ailleurs, le Directeur général de la FAO, José Graziano da Silva a confirmé au ministre l’organisation, par la FAO, d’une conférence internationale sur l’agroécologie en 2014.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

De nombreuses organisations professionnelles ont réagi le 10 juin aux résultats des élections européennes et à l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, Emmanuel Macron. © Actuagri CS Sur les Européennes, la FNSEA rappelle notamment que «l’agriculture française est indissociablement liée à l’Europe». Le syndicat majoritaire demande au nouveau Parlement européen «de poursuivre au plus vite le dialogue stratégique ouvert avec les acteurs du monde agricole et de formuler des mesures concrètes pour l’avenir de l’agriculture». Il demande en particulier de «remettre au premier plan l’acte de production et de faire cesser toute tentation décroissante, de stimuler la recherche et l’innovation, de faire preuve de cohérence sur les accords de libre-échange…».  La FNSEA qui…