National | Par Didier Bouville

Des mesures gouvernementales pour relancer le photovoltaïque à la française

Delphine Batho a annoncé le 7 janvier des mesures d’urgence pour relancer la filière photovoltaïque en France. D’abord, la ministre de l’Écologie veut porter à 1 000 mégawatts par an l’objectif de production via cette source d’énergie renouvelable. C’est deux fois plus que l’objectif posé lors du Grenelle de l’environnement. Ensuite, pour les petites installations (moins de 100 kW) qui utilisent des cellules ou panneaux produits en Europe, les tarifs de rachats de l’électricité pourront être bonifiés jusqu’à 10 %.

En outre, le prochain appel à projet pour les grandes installations (supérieures à 250 kW), d’un volume de 400 mégawatts (MW), transmis à la commission de régulation de l’énergie (CRE), sera destiné aux technologies « innovantes » et aux technologies «matures sur ombrières et sur toiture». Dans le cas de centrales au sol, les projets sur sites dégradés (friches industrielles, anciennes carrières…) seront privilégiés pour «éviter les conflits d’usage notamment avec les terres agricoles», assure le ministère.

Pour les installations moyennes (entre 100 et 250 kW), l’appel d’offres automatique dédié aux installations sur toiture sera amélioré et visera les 120 MW par an, répartis en trois tranches de 40 MW. Dans cette catégorie, les projets les plus «propres» en termes d’empreinte carbone liée à la fabrication des panneaux recevront «une attention particulière». (Photo DR)

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Rapportés à la quantité de viande produite, les systèmes d’élevage les plus intensifs et les plus prolifiques sont les plus frugaux en énergie, selon l’Institut de l’élevage (Idele). La consommation de carburant plombe le bilan énergétique des systèmes pastoraux. L’Institut de l’élevage a comparé les consommations en énergie de 159 exploitations du réseau Inosys « Ovin viande », représentatives de la filière ovine, à leurs performances technico-économiques. Parmi ces exploitations, cinq systèmes d’élevage ont été identifiés. Les fermes les plus intensives rattachées au système « Fourrager » consomment, 13,1 mégajoules par hectare de SAU (MJ/SAU) alors que leurs consœurs « Plaine herbager » (6,3 MJ/ha) sont bien plus frugales. En fait, l’énergie consommée par les exploitations ovines d’Inosys est répartie…