National | Par Didier Bouville

Dacian Ciolos : «la réforme de la PAC n’a pas pris de retard»

Interrogé en marge du Congrès de la viande qui s’est déroulé à Paris, les 4,5 et 6 juin, le Commissaire européen à l’Agriculture, Dacian Ciolos a assuré que la réforme de la Pac n’avait pas pris de retard. « La décision finale sera prise juste après le budget ». « On a même pris de l’avance » a-t-il ajouté, puisque les rapporteurs sur la réforme de la Pac, au Parlement européen, ont rédigé leur rapport.

Joseph Daul, vice-président du Parlement européen et président du groupe PPE et également présent au Congrès a été plus précis. « Le vote de la réforme aura lieu avant la fin de l’année ». « Si on n’a pas de budget, on ne fera pas de réforme » a-t-il ajouté. Pas question en revanche de revenir sur le taux de 30 % des aides réservé au verdissement de la Pac. « Cet argent est destiné aux agriculteurs. Nous ne devons pas travailler pour réduire cette enveloppe, mais sur sa faisabilité.

Et ce d’autant plus que ces paiements seront à l’avenir les plus sécurisés dans la mesure où ils répondront aux attentes de la société », a déclaré le Commissaire. Autrement dit, il pourrait être ouvert à diverses modalités de mise en œuvre de ce verdissement.

Il a également indiqué qu’il ferait, d’ici la fin de l’année, une proposition législative sur la politique de promotion des produits agroalimentaires européens. « Nous devons construire une image de l’Europe liée à la diversité et à la qualité de ses produits. Et l’argent doit être mieux utilisé ».

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Rapportés à la quantité de viande produite, les systèmes d’élevage les plus intensifs et les plus prolifiques sont les plus frugaux en énergie, selon l’Institut de l’élevage (Idele). La consommation de carburant plombe le bilan énergétique des systèmes pastoraux. L’Institut de l’élevage a comparé les consommations en énergie de 159 exploitations du réseau Inosys « Ovin viande », représentatives de la filière ovine, à leurs performances technico-économiques. Parmi ces exploitations, cinq systèmes d’élevage ont été identifiés. Les fermes les plus intensives rattachées au système « Fourrager » consomment, 13,1 mégajoules par hectare de SAU (MJ/SAU) alors que leurs consœurs « Plaine herbager » (6,3 MJ/ha) sont bien plus frugales. En fait, l’énergie consommée par les exploitations ovines d’Inosys est répartie…