National | Par La rédaction

Concours de jugement d’animaux par les jeunes Deux élèves de La Cazotte qualifiés pour la finale à

Mercredi 7 décembre le lycée et l’exploitation agricole de La Cazotte à Saint Affrique ont accueilli la finale départementale du Concours européen de jugement d’animaux par les jeunes (CJAJ) pour l’espèce ovine.

De nombreux élèves de l’Agricampus La Roque et du lycée La Cazotte ont participé à la finale départementale du concours européen de jugement d’animaux par les jeunes, en production ovine. Avec le support de la race Lacaune, présente sur l’exploitation du lycée La Cazotte, les jeunes devaient juger les brebis sur leur conformation, leur état corporel… et attribuer une note qui devait s’approcher de celle des pointeurs de la race.
Les élèves de l’établissement de La Cazotte ont été particulièrement performants en raflant les 9 premières places du classement, devant les jeunes de l’Agricampus La Roque.
Les deux premiers du classement, Jean-Gaël Boscus en BTS 2 et Enzo Jeantet en classe de 1ère CGEA se sont qualifiés pour la finale nationale. Ils défendront donc les couleurs de leur lycée et de l’Aveyron au salon de l’agriculture à Paris !
A noter que le lycée La Cazotte accueillera également en janvier, la finale des Ovinpiades départementales. Cette compétition met là aussi à l’épreuve le savoir-faire des jeunes en formation agricole en matière de tri des brebis avec lecture de boucles électroniques, appréciation de l’état de santé d’une brebis, manipulation et évaluation de l’état corporel, parage des onglons avec cage de retournement, évaluation de l’état d’engraissement d’agneaux, choix d’un bélier qualifié…  

La rédaction

 La cazotte+concours jugements animaxu

Toutes les actualités

Sur le même sujet

De nombreuses organisations professionnelles ont réagi le 10 juin aux résultats des élections européennes et à l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par le Président de la République, Emmanuel Macron. © Actuagri CS Sur les Européennes, la FNSEA rappelle notamment que «l’agriculture française est indissociablement liée à l’Europe». Le syndicat majoritaire demande au nouveau Parlement européen «de poursuivre au plus vite le dialogue stratégique ouvert avec les acteurs du monde agricole et de formuler des mesures concrètes pour l’avenir de l’agriculture». Il demande en particulier de «remettre au premier plan l’acte de production et de faire cesser toute tentation décroissante, de stimuler la recherche et l’innovation, de faire preuve de cohérence sur les accords de libre-échange…».  La FNSEA qui…