Aveyron | Par Didier Bouville

Concours Bœufs de Noël, samedi 2 décembre à Laissac

L’association du Marché aux bestiaux de Laissac entourée de ses partenaires prépare la 13ème édition du concours-vente Bœufs de Noël, samedi 2 décembre. Présentation avec Bernard Fabre, co-président avec Anne Mercadier.

Comment se présente cette 13ème édition des Bœufs de Noël ?

B. Fabre : «Nous attendons près de 300 animaux de races à viande Aubrac, Charolais, Limousin, Blonde d’Aquitaine et croisés, issus des élevages de l’Aveyron mais aussi des départements alentours (Tarn, Cantal, Lozère, Tarn et Garonne, Lot, Haute-Garonne…). Ce qui montre que notre manifestation est bien suivie par les éleveurs, malgré le contexte peu porteur. Nous comptons sur la perspective des fêtes de fin d’année pour animer les ventes ! En tout cas nos acheteurs nous ont dits qu’ils seront au rendez-vous !

Quelles sont les clés de la réussite de ce type d’événement ?

B. Fabre : Je pense que la longévité de notre concours-vente est l’une des preuves de sa réussite. Depuis 13 ans, cet événement s’est inscrit dans le calendrier des éleveurs comme dans celui des acheteurs. Notre concours est une promotion pour l’élevage régional, il met en avant la viande de qualité, à travers une origine garantie et un savoir-faire reconnu des éleveurs. Une belle façon aussi de contre-carrer tous les discours anti-élevage et anti-viande dont notre filière est victime. Notre concours, comme d’autres, montre que l’on travaille bien chez nous !

Quels sont les retours des acheteurs ?

B. Fabre : En tout cas, les Bœufs de Noël sont un rendez-vous inscrit dans leur agenda ! Nous avons des acheteurs très fidèles depuis les premières éditions, qui jouent bien le jeu de la vente aux enchères puis de la vente générale ensuite. Mais nous accueillons aussi chaque année quelques nouveaux, qui viennent sur place se rendre compte par eux-mêmes des échos positifs qu’ils ont eus de notre événement. Cette fidélité des acheteurs, nous la retrouvons aussi du côté des éleveurs, qui chaque année, se mobilisent et investissent pour présenter des animaux de qualité. C’est aussi cela qui attire les acheteurs !

Comment se déroulera cette 13ème édition ?

B. Fabre : Nous renouvelons la formule habituelle. C’est-à-dire que les animaux arriveront tôt le matin sur le foirail de Laissac. Puis la matinée sera consacrée aux opérations du jury. La vente aux enchères qui sera cette année animée par Bernard Guibbaud, débutera aux alentours de 14h. Nous avons prévu de proposer aux enchères les champions de chaque race, puis une grande championne et sa dauphine. Donc au total 6 animaux. Suivra la vente générale des animaux exposés et enfin la remise des prix à 17h30.

Quels sont vos espoirs pour cette 13ème édition ?

B. Fabre : Nous espérons que tout se passe bien ! Que tout le monde soit content, les éleveurs apporteurs comme les acheteurs ! Nous sommes en tout cas tous mobilisés pour proposer une belle journée autour de la promotion de la viande.

Avez-vous programmé quelques animations autour de cet événement ?

B. Fabre : Oui tout-à-fait. Dès le vendredi après-midi, veille du concours, nous accueillerons au centre administratif, les élèves de CM des écoles privée et publique de Laissac pour leur proposer une dégustation de viande. Ils pourront échanger avec des professionnels de la filière qui les sensibiliseront à la consommation de viande, avec quelques idées recettes à la clé à transmettre à leurs parents ! La viande ce n’est pas que du steak haché mais ce peut-être aussi une bonne daube ! C’est important pour nous de communiquer envers les jeunes publics qui sont déjà consommateurs et seront ceux de demain aussi !

Par ailleurs, le jour du concours, l’Office de Tourisme Des Causses à l’Aubrac tiendra un stand d’informations. Et de même les restaurateurs de Laissac proposeront pour le déjeuner, un repas bœuf. Bref tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette nouvelle édition, une belle réussite».

Recueillis par Eva DZ

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Initialement annoncé le 15 mars par le gouvernement, le versement des aides MAEC et Bio n’est toujours pas soldé, trois mois après… Une situation «inadmissible» qu’ont dénoncé les responsables FDSEA et JA venus rencontrer le directeur de la DDT, lundi 17 juin. Marie-Amélie Viargues, présidente de la FDSEA et Nicolas Bosc, président de la section AB FDSEA et Mathieu Bedel, responsable groupe Bio JA et Léo Nakich, président JA 12, à la sortie de leur rencontre avec la DDT, lundi 17 juin. «La situation est plus qu’urgente !», une délégation de la FDSEA et des JA est allée demander à l’Etat de «respecter ses engagements et payer ce qu’il doit !». En effet, le gouvernement avait annoncé le versement des…