Aveyron | Par La rédaction

CFPPA Rodez-La Roque Un promoteur de compétences en entreprise

Le CFPPA Rodez-La Roque propose un nouveau catalogue de formations ouvertes aux salariés et financées par OCAPIAT.


Jérôme Hercouet, directeur du CFA-CFPPA, Bruno Nicolet et Sophie Cavalié, responsables en ingénierie de formations, aux côtés de Bruno Montourcy, président de l’Agricampus Rodez-La Roque : une équipe à la manœuvre du nouveau catalogue de formations.

Ce nouvel opérateur de compétences est né de la fusion des organismes FAFSEA et OPCALIM, suite à la réforme de la loi Avenir Professionnel de 2019. Cet acteur et financeur de la formation et de l’apprentissage des salariés, intervient dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche, de l’agroalimentaire et des territoires. Ses cibles sont les entreprises de moins de 50 salariés, dites TPE/PME, qu’il s’agisse de coopératives, d’organismes de services, d’entreprises commerciales, d’industries alimentaires, d’acteurs du territoire, et bien sûr d’exploitations agricoles et forestières. Pour chaque salarié, OCAPIAT finance totalement les frais de formation et prend en charge une partie du salaire.
Le CFPPA Rodez-La Roque propose un catalogue dense de formations courtes, certifiantes ou professionnalisantes, dans les domaines de la production, de la transformation, de l’environnement et des paysages, de la communication et du management, ainsi que de la sécurité au travail. Dans tous ces secteurs, le CFPPA a fait entrer au catalogue OCAPIAT 2022 – 2025 de nombreuses formations.

Des formations de la production à la transformation

Bruno Montourcy est le président de l’Agricampus Rodez-La Roque. «Le site de La Roque offre des supports pédagogiques privilégiés, entre l’exploitation bovine et ovine et le hall technologique de découpe et transformation. Nous avons aussi des partenariats avec des collectivités pour les formations traitant de l’entretien des espaces ruraux». Comme le rappelle Jérôme Hercouet, directeur du CFA-CFPPA, La Roque propose aussi des formations délocalisées : «Nous avons beaucoup de souplesse et nous nous adaptons à la demande des entreprises». Il est un fait qu’en Aveyron l’offre de formation en agroalimentaire était jusqu’à présent assez restreinte. «Dans le département l’industrie de transformation emploie beaucoup de monde. L’outil que nous proposons est donc un nouvel atout pour ces entreprises», commente Bruno Montourcy.
Côté exploitations agricoles, le catalogue permet aux employeurs de main d’œuvre de faire gagner leurs salariés en compétences. «Chaque employeur cotise pour OCAPIAT, il serait donc dommage de ne pas s’en servir», tient à rappeler le président. Il précise que toutes les formations sont aussi financées par VIVEA, donc ouvertes aux agriculteurs. «Le mélange d’exploitants et de salariés dans la même formation est très enrichissant. Les groupes sont restreints, donc les échanges sont facilités. En plus cela montre qu’on a tous, tout au long de sa carrière, besoin de se former».

Une solide expertise

Niveau ingénierie de formation, le CFPPA s’est doté d’une équipe technique qui vient du milieu de l’entreprise. Dans le domaine de l’élevage, la responsable est la vétérinaire Claire Verdier. Le pôle agroalimentaire est chapeauté par Sophie Cavalié, tandis que le référent paysage et environnement est Bruno Nicolet. «Nos formateurs possèdent une solide expérience, ce qui leur permet de cerner facilement les problématiques des entreprises. De plus nous basons nos formations sur l’individualisation des parcours, afin de nous adapter à chacun», affirme Jérôme Hercouet. Autre atout du site de La Roque, proposer la restauration, voire l’hébergement sur place. «Cela nous permet d’accueillir des participants de toute la France. C’est une grande fierté !», s’enthousiasme Bruno Montourcy. Pour inscrire un salarié à une formation, l’entreprise peut se rendre directement sur le site d’OCAPIAT ou contacter le CFPPA qui se chargera des démarches administratives.

Bérangère CAREL

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Les adhérents d’APO – Alliance Porci d’Oc étaient réunis en assemblée générale, vendredi 14 juin. Lionel Tauriac, le président et Mikaël Le Gallic, directeur général, ont fait le point sur l’activité et sur les projets de la coopérative. La coopérative APO était en assemblée générale vendredi 14 juin à Rodez © APO Malgré une année 2023 plus compliquée, hausse des énergies et des charges en général, baisse de la production porcine, la coopérative APO «s’en sort très bien» selon ses responsables. «Que nous dégagions un résultat positif après cette année difficile est une vraie satisfaction», résume Lionel Tauriac.Appuyé de son directeur, Mikaël Le Gallic, le président de la coopérative explique cette bonne santé par la complémentarité entre les différentes activités…