National | Par Didier Bouville

Bien-être des truies : la France et 16 États membres épinglés par Bruxelles

Dix-sept États membres de l’UE dont les principaux pays producteurs que sont l’Allemagne, l’Espagne, le Danemark et la France, ne sont pas en conformité avec les nouvelles règles de bien-être des truies gestantes qui sont entrées en vigueur le 1er janvier 2013, selon les données présentées le 28 janvier lors du Conseil agricole à Bruxelles.

Bruxelles devrait lancer une procédure judiciaire contre 12 de ces États au mois de février. Les autres ayant pratiquement atteint l’objectif de conformité. La directive sur la protection des porcs, adoptée en 2001, prévoit qu’à partir du 1er janvier 2013, les truies soient élevées en groupe et non pas en stalle individuelle. En France, 72 % des élevages seraient en règles et en Allemagne 73 %. Au total trois quarts des 13 millions de truies européennes seraient élevés dans des élevages conformes aux exigences européennes.

Le commissaire européen à la santé et à la protection des consommateurs, Tonio Borg a prévenu que la Commission européenne « s’opposerait à toute action unilatérale d’États membres qui chercheraient à bloquer les importations sur le marché intérieur de viande de porc produite dans des conditions qui ne respectent pas la directive sur le bien-être ». En effet, il est très difficile de tracer la viande porc qui est souvent transformée avant d’être commercialisée.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Rapportés à la quantité de viande produite, les systèmes d’élevage les plus intensifs et les plus prolifiques sont les plus frugaux en énergie, selon l’Institut de l’élevage (Idele). La consommation de carburant plombe le bilan énergétique des systèmes pastoraux. L’Institut de l’élevage a comparé les consommations en énergie de 159 exploitations du réseau Inosys « Ovin viande », représentatives de la filière ovine, à leurs performances technico-économiques. Parmi ces exploitations, cinq systèmes d’élevage ont été identifiés. Les fermes les plus intensives rattachées au système « Fourrager » consomment, 13,1 mégajoules par hectare de SAU (MJ/SAU) alors que leurs consœurs « Plaine herbager » (6,3 MJ/ha) sont bien plus frugales. En fait, l’énergie consommée par les exploitations ovines d’Inosys est répartie…