Aveyron | Par La rédaction

Assemblée générale de l’ADPSA Accompagner les agriculteurs de demain

A l’aube d’une nouvelle année dense sur le front de la formation, l’ADPSA a tenu son assemblée générale vendredi 17 juin, sous la présidence de Patrice Falip. La dernière pour Héloïse Gonzalo, directrice adjointe, qui rejoint de nouveaux horizons. Son successeur, Jean-Michel Orlhac, peut s’appuyer sur un bilan des plus positifs pour le centre de formation agricole.

Isabelle Sicard, directrice et Patrice Falip, président, encadrent Jean-Michel Orlhac, nouveau directeur adjoint de l’ADPSA qui succède à Héloïse Gonzalo.

2021 a été intense pour l’équipe de l’ADPSA tant d’un point de vue de la formation diplomante et qualifiante pour l’agriculture que des formations de perfectionnement (dont l’installation) pour les actifs et futurs actifs agricoles.
Sur les formations diplomantes, l’ADPSA s’adresse aussi bien à tous ceux qui souhaitent découvrir les métiers de l’agriculture, qu’à ceux qui ont déjà l’objectif d’y faire carrière, en tant que salarié ou exploitant. La formation PEEA, première expérience en exploitation agricole, a ainsi reçu 14 personnes pour un peu plus de 3 200 heures de formation en centre. Un nouveau financement est à construire sur cette formation de découverte. Une formation qui contribue à une communication plus large sur les métiers de l’agriculture.  

Le BPREA affiche un recrutement «très satisfaisant» en 2021/2022 avec 63 personnes accueillies en formation. 46 personnes en parcours complet et 4 en parcours partiels ont suivi la formation continue en 1 an et 8 apprentis en 1ère année et 5 en 2ème année ont suivi la formation par apprentissage. Si les productions dites traditionnelles ont toujours le vent en poupe (bovins viande, ovins lait, ovins viande, caprins), d’autres productions émergent ou se confortent chez les stagiaires : maraîchage, apiculture, porc, viticulture… «Notre marque de fabrique à l’ADPSA est grace à  des partenariats avec d’autres centres de formation, avec des intervenants extérieurs, de répondre du mieux possible aux attentes des stagiaires, qu’elles soient classiques ou plus atypiques», explique le président, Patrice Falip.

En BTS ACSE, l’année 2021/2022 constitue aussi une bonne année avec un recrutement satisfaisant pour l’apprentissage (17 personnes en 1ère année et 11 en 2ème année). La formation continue cale un peu avec 4 stagiaires en 1 an. «Nous sommes en chantier permanent sur les méthodes pédagogiques pour nous adapter à un public très porté sur la pratique du métier mais notre mission est aussi d’ancrer les apprentis dans la théorie», sourit la directrice adjointe, Héloïse Gonzalo, fière de l’engagement de l’équipe pédagogique auprès des jeunes, qui a su pallier l’absence de la coordinatrice du BTS.  
Sur le CS Titre Eleveur, depuis octobre 2020, l’ADPSA porte la partie formation continue, l’apprentissage est suivi par le centre de formation de Bernussou.

Taux de réussite élevé

En 2021, l’ADPSA a affiché des taux de réussite aux examens satisfaisants : 95% de réussite en BPREA (48 diplômés + 2 en validation partielle) et 88% en BTS ACSE (15 diplômés). «Le niveau de réussite est un peu moindre en BTS du fait du contexte COVID, nombre d’apprentis ont en effet eu plus de difficultés à s’investir dans la formation à distance, notamment sur la théorie, préférant la pratique chez leur maître d’apprentissage», confie Héloïse Gonzalo.

Les formations lors de l’accompagnement à l’installation sont aussi l’une des missions de l’ADPSA. L’augmentation des entretiens 3P est forte (+23%) en 2021 après une année perturbée par le contexte sanitaire. Au total, 350 actions de formation ont été prescrites, soit 13 stages de 21h et 240 formations à la carte sur des thématiques variées : élaborer et chiffrer son projet ; création et fonctionnement d’un GAEC ; situation économique ; transmission de patrimoine ; statut du fermage ; approche de marché… «Notre objectif est d’être le plus réactif possible pour ne pas retarder le projet du candidat à l’installation en nous appuyant sur divers partenariats et la possibilité de réaliser des formations sur plusieurs sites par exemple», explique Patrice Falip. A noter un nombre d’installations en progression en caprins, maraîchage et bovins lait. Le nord et le sud du département restent parmi les zones les plus actives.

L’ADPSA est aussi reconnu pour la diversité et la qualité de ses formations de perfectionnement. La raison en est, un panel de partenaires variés. Si la crise sanitaire en 2020 a fortement impacté la tenue des formations, les agriculteurs ont pu se rattraper en 2021 avec 274 formations réalisées et plus de 2 100 participants, le niveau d’avant-crise est ainsi retrouvé ! La capacité de l’ADPSA à proposer de nouvelles formations en adéquation avec l’évolution de l’agriculture comme sur la prochaine PAC 2023, apporte aussi un attrait supplémentaire !  

Leader sur le perfectionnement

D’ailleurs l’ADPSA ne cache pas son ambition de devenir l’un des leaders nationaux en tant que «faiseur» de formations agréées par VIVEA. Maintenir un bon niveau de recrutement dans ses formations diplomantes, absorber au mieux l’augmentation des formations dans le cadre de l’installation, mieux communiquer sur la découverte des métiers de l’agriculture, être en veille sur la prise en charge des contrats d’apprentissage, renforcer la formation à distance…, les défis sont nombreux pour l’équipe de l’ADPSA désormais emmenée par un nouveau directeur adjoint, Jean-Michel Orlhac. «La formation est un outil stratégique pour l’agriculture. Notre challenge est d’accompagner au mieux les agriculteurs de demain !», a conclu Patrice Falip.  

Eva DZ 

Toutes les actualités

Sur le même sujet

A partir de juillet, le Parc naturel régional de l’Aubrac met en place un programme d’observation participative des rivières. Pour mieux suivre l’évolution des niveaux d’eau, chacun pourra prendre en photo des échelles graduées et l’envoyer simplement par SMS au Parc. Pour démarrer ce programme, un webinaire est ouvert à tous, jeudi 20 juin à 18h. Pour démarrer le programme d’observation participative des cours d’eau, le PNR Aubrac organise un webinaire ouvert à tous, jeudi 20 juin à 18h. « Le dispositif que nous montons est très simple : une photo, un SMS et c’est tout. Plus ces relevés seront faits régulièrement, plus notre connaissance de l’évolution des niveaux d’eau sera fine. Notre objectif est d’animer ce programme sur le long…