Aveyron | Par La rédaction

Assemblée générale de la Société Centrale d’Agriculture

Plus 35 membres et sympathisants de la Société Centrale d’Agriculture ont participé à l’assemblée générale qui s’est déroulée au cœur du Rougier de Camarès.

Accueillis par le maire Cyril Touzet, autour de quelques messages sur les énergies nouvelles indispensables et porteuses de revenus pour les collectivités, les participants ont présenté leur nouveau président, Patrick Grégoire. Honoré de présider cette association au riche passé historique et humain qui remonte à mai 1798, il a remercié Édouard Fabre, président emblématique et l’assemblée pour leur confiance et leur présence.

Cette assemblée clôturait deux exercices puisque l’AG 2022 avait dû être reportée. Les comptes 2021 étant déjà validés par le conseil d’administration, le trésorier Jean-Louis Mas a déroulé l’analyse des résultats de manière synthétisée pour 2021 et 2022, les résultats sont bons, la projection 2023 sera en léger recul. L’association gère en bon père de famille l’immeuble de rapport dont les loyers permettent d’amortir les travaux et de dégager un petit budget de fonctionnement. Une commission de travaux se réunit pour étudier les besoins règlementaires et de confort, et la gestion a été confiée à un syndic, l’association n’ayant aucun salarié ou membre bénévole permanent.

Le rapport moral présenté par Claude Cros, vice-président, a fait état d’une période chamboulée pour les activités de l’association en raison du COVID. Cependant, rencontres et comités même plus espacés dans le temps ont permis de maintenir une belle unité. Les cotisations sont restées au même niveau. Deux temps forts ont marqué la période : la conférence sur la crise en Ukraine, en partenariat avec RAGT et un comité au cœur des vignobles de Marcillac, chez Philipe Teulier. Les outils de communication et le billet d’humeur composés par Édouard Fabre ainsi que les vœux ont également permis de conserver des liens entre tous. D’ailleurs, depuis le début de cette année, deux comités ont déjà obtenu un vif succès.
Au sein du conseil d’administration, tous les membres ont été reconduits, excepté Jean-Pierre Singla, que sa fille Emma Singla, agricultrice, remplace désormais.

Cap sur l’avenir

Le nouveau président, Patrick Grégoire a fixé quelques objectifs et caps, que la Société Centrale d’Agriculture souhaite conduire «avec humilité». Le premier défi est de recruter des jeunes et élargir la composition de la Société Centrale d’Agriculture avec des personnes expérimentées : «Notre structure se veut ouverte, vers les agricultrices, les agriculteurs et tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin aux activités du monde agricole et rural», a invité Patrick Grégoire. Et d’ajouter : «Nous sommes une petite association avec une très longue histoire que nous souhaitons transmettre et faire vivre. Et nous disposons de très bons appuis à l’échelle nationale et même internationale !», sourit-il, évoquant aussi des partenariats à renforcer avec les organismes consulaires et associatifs du monde agricole et agro industriel.

La Société Centrale d’Agriculture souhaite accompagner des projets et renforcer son expertise. Avec déjà quelques idées en tête  comme par exemple la valorisation de la laine de brebis en partenariat avec des scientifiques et industriels ou artisans. La tenue de son assemblée générale à Camarès lui a ainsi permis de visiter la filature Colbert, qui œuvre à la recherche de valorisation du produit de la laine pour les élevages du bassin de Roquefort.

Et Patrick Grégoire de conclure sur une citation centenaire de Maurice Anglade, l’un des grands Aveyronnais membres actifs de la Société Centrale qui ont marqué l’histoire agricole du pays : «Il nous faut déraciner les vices de la routine et élever le pays tout entier au faîte de la perfection et de la prospérité».

Hommage à Edouard Fabre

Président sortant et aujourd’hui membre, président d’honneur de la Société Centrale d’Agriculture, Edouard Fabre a reçu les remerciements de l’ensemble des participants. Un diaporama a présenté une série de documents ou dossiers qu’il a menés depuis bientôt 20 ans. Sa clairvoyance et sa ténacité furent amplement soulignées et nombre de ces documents feront l’objet d’un recueil qui enrichira les archives de l’association. A l’issue de cette présentation il fut largement applaudit et s’exprima avec émotion remerciant l’appui et l’aide qu’il avait obtenu de tous et notamment depuis ces trois dernières années.

Patrick Grégoire, nouveau président

Membre depuis de nombreuses années de la Société Centrale d’Agriculture, Patrick Grégoire vient d’en prendre la présidence, succédant à Edouard Fabre. Avec des origines entre Aveyron, sur la ferme de ses grands-parents à Montjaux, et l’Oise dans le nord de la France, Patrick Grégoire a travaillé pendant plus de 40 ans dans le groupe RAGT. Diplômé d’un doctorat en amélioration génétique de maïs obtenu à l’école d’ingénieurs de Beauvais, il a travaillé pendant 5 ans aux Etats-Unis sur cette thématique. Avant d’intégrer RAGT comme chef de produit maïs puis responsable marketing et directeur du développement international pendant 20 ans. Il a notamment développé la filiale sur le bassin méditerranéen (Espagne, Portugal, Europe de l’Est, Chine et Russie via des entreprises locales, Amérique du sud…). «J’ai planté le drapeau RAGT dans une quarantaine de pays», sourit Patrick Grégoire, qui tient à rappeler l’esprit d’Émile Singla, qui l’a recruté au sein de RAGT : «Il a insufflé un esprit qui règne encore aujourd’hui dans notre entreprise».
Un an après son départ à la retraite, Patrick Grégoire souhaite consacrer une partie de son temps à la Société Centrale d’Agriculture, animé par de nombreux projets autour de la mise en avant du milieu agricole.

La rédaction

 société centrale d’agriculture

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Réunie en assemblée générale vendredi 7 juin, l’union de coopératives BEVIMAC Centre Sud a présenté une activité, spécialisée dans l’export d’animaux vifs, en progression malgré la fermeture du marché algérien et un regain de valeur ajoutée pour les animaux destinés à l’Italie. L’assemblée générale de BEVIMAC Centre Sud s’est déroulée vendredi 7 juin. La stratégie de BEVIMAC Centre Sud, union des coopératives décidée il y a 9 ans, continue de porter ses fruits. Le débouché commercial vers les pays tiers bien que conditionné aux aléas géopolitiques et sanitaires, apporte une puissance d’achat aux coopératives adhérentes, CELIA, UNICOR notamment, et permet de capter une valeur ajoutée supérieure à celle des marchés européens. Pour Pierre Terral, le président, ces bons chiffres sont…