National | Par Didier Bouville

Aliments du bétail : un mois d’août très négatif (SNIA/Coop de France)

Les chiffres de production française d’aliments du bétail (source SNIA/Coop de France) en août, ont effacé la reprise en trompe l’œil de juillet, en accusant une baisse généralisée de 5,4 %sur le mois d’août 2013. Il faut pondérer cette baisse du fait qu’août 2014 comportait un jour ouvré de moins qu’août 2013, mais la tendance générale n’en demeure pas moins négative.

En particulier, la production d’aliments pour bovins, seule à évoluer positivement ces derniers mois, enregistre un recul –pour cette période- de 6,2 %, dont 4,6 % pour les aliments vaches laitières, les plus en progression jusqu’alors.

La dégradation des fabrications d’aliments porcs s’est accélérée, atteignant -7,2 % et les aliments volailles fléchissent de 4,6 %. Sur les huit premiers mois de l’année, la baisse de production est de 0,5 %, à 13,26 Mt (aliments d’allaitement compris).

Celle d’aliments pour bovins reste en hausse de 3,4 %, mais l’on commence à s’interroger sur un possible retournement de tendance du secteur qui, jusqu’à présent, compense les défaillances des secteurs volailles et porcs. Ces derniers qui représentent 3,3 Mt fabriquées en huit mois, poursuivent leur recul avec -3,7 % et la situation du secteur volaille qui représente la plus grosse part des aliments composés, 5,5 Mt, se dégrade : 1,5 % de moins que pour la période correspondante de 2013.

 éleveurs+bovins+porcs

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Divers

Recherche 2 pneus d’occasion 16-9-34 bon état. Tél 06 72 60 01 73 HR

Emplois

Recherche chauffeur expérimenté si possible pour conduite tracteur et remorque autochargeuse ensileuse pour la campagne +lisier labour et semis si intéréssé pour la saison avril mai 2024. Tél 06 24 29 86 58 Secteur 12270 La Fouillade

Sur le même sujet

En janvier, la production d’aliments composés pour bovins, incluant la production de mash (mélange de matières premières identifiables à l’œil), «affiche une vive progression» de 9,1% par rapport à janvier 2016, observe le ministère de l’Agriculture dans une note de conjoncture parue le 14 mars.La production de janvier se situe toutefois «en dessous du niveau moyen de 2016». Elle est surtout marquée par la forte progression du mash (+17,5%) qui «contribue pour près d’un tiers à la progression de l’aliment bovin».Ces hausses sont toutefois à relativiser, car janvier 2017 comptait «deux jours ouvrables de plus qu’en janvier 2016».La production à destination de la volaille est également en progression, notamment en vers le poulet (+11,1%) et les poules d’œufs de consommation…