National | Par Didier Bouville

Aliments du bétail : la France rétrogradée à la 2ème place européenne

Réuni en congrès le 25 mai, sous la présidence d’Alain Guillaume, le Syndicat national des industries de l’alimentation animale (Snia), qui représente le secteur privé de l’industrie de l’alimentation animale, a dressé le bilan de l’activité de cette industrie durant l’exercice 2011.

Comme prévu, au cours de cet exercice, la France a perdu la tête du classement européen de la production d’aliments composés, après une baisse de 0,8 % en 2011, la production française a atteint 21,3 Mt, ce qui la place maintenant en deuxième position derrière l’Allemagne à 22,5 Mt mais devant l’Espagne passée sous la barre des 20 Mt.

Alors que la production européenne a augmenté de quelque 25 Mt depuis 2000 pour atteindre 148 Mt, celle de la France a reculé dans le même temps de 9 %, conservant néanmoins la première place européenne pour l’aliment volailles, mais rétrogradant sensiblement en aliment porcs. Cette baisse des fabrications s’est accompagnée d’une restructuration de l’industrie. En 2010, 198 entreprises avaient produit 21,5 Mt d’aliments, soit 108300 t en moyenne pour chacune d’entre elles, les 27 plus grandes représentant près de 62 % de ce tonnage.

Bien que présente sur l’ensemble du territoire, l’industrie de l’alimentation animale est dominante dans l’Ouest, avec 8,56 % Mt en Bretagne, 3,69 Mt dans les Pays de Loire et 1,59 Mt en Poitou-Charentes. Ainsi, selon le président du SNIA, si les tonnages se sont érodés « le dynamisme est bien présent ». Il s’appuie sur l’espoir du développement des productions animales tant pour répondre aux besoins intérieurs que pour prendre position dans le marché mondial des produits carnés dont la croissance est annoncée, la réponse étant la compétitivité.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Rapportés à la quantité de viande produite, les systèmes d’élevage les plus intensifs et les plus prolifiques sont les plus frugaux en énergie, selon l’Institut de l’élevage (Idele). La consommation de carburant plombe le bilan énergétique des systèmes pastoraux. L’Institut de l’élevage a comparé les consommations en énergie de 159 exploitations du réseau Inosys « Ovin viande », représentatives de la filière ovine, à leurs performances technico-économiques. Parmi ces exploitations, cinq systèmes d’élevage ont été identifiés. Les fermes les plus intensives rattachées au système « Fourrager » consomment, 13,1 mégajoules par hectare de SAU (MJ/SAU) alors que leurs consœurs « Plaine herbager » (6,3 MJ/ha) sont bien plus frugales. En fait, l’énergie consommée par les exploitations ovines d’Inosys est répartie…