lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Producteurs de lait de vache Lactalis : l'UNELL dresse son bilan 2018

20 Décembre 2018 | Actus Aveyron | Actus élevage

Producteurs de lait de vache Lactalis : l'UNELL dresse son bilan 2018

L’UNELL réunit neuf Organisations de Producteurs (OP) sur l’ensemble du territoire, dont l’APL Rodez. Sa mission est de mener une négociation collective pour les producteurs adhérents, ainsi que de mutualiser les expertises (économiques, juridiques) entre OP membres.

"Notre association d’OP rassemble aujourd’hui 3 600 exploitations laitières, pour un total de 1,8 milliard de litres de lait contractualisés avec le groupe Lactalis" selon le communiqué de presse de l'UNELL. Et d'ajouter :

"Si l’UNELL est aujourd’hui la première structure de négociation parmi les OP française, la négociation n’en est pas moins exigeante et ardue avec Lactalis, le premier industriel laitier de l’Hexagone.

Nouvelle formule de prix

L’action de l’UNELL en 2018 s’est avant tout concentrée sur l’instauration d’une vraie négociation avec le groupe Lactalis. Celle-ci a débuté par la mise en place d’une nouvelle formule de prix en début d’année, permettant de fixer d’un commun accord les prix du lait des mois de janvier, février et mars. Cette formule de prix est innovante, supprimant la flexibilité additionnelle et les tunnels de compétitivité avec l’Allemagne. Elle répond aussi à la demande des producteurs de réduire l’exposition à la volatilité des marchés laitiers.

Pourtant, à partir d’avril l’UNELL et Lactalis sont rentrés en profond désaccord sur l’application de cette nouvelle formule. Face à cette situation l’UNELL a saisi le Médiateur des Relations Commerciales Agricoles. Mi-septembre, l’UNELL et Lactalis sont parvenus à un accord, fixant le prix du lait jusqu’à la fin de l’année. Dans la foulée, les neuf OP ont rencontré Emmanuel Besnier, le PDG du groupe Lactalis, à Laval.

Cette négociation répondait à notre objectif de rendre les OP incontournables dans la fixation du prix du lait, et a offert aux producteurs une visibilité sur les prix jusqu’à la fin de l’année. Mais l’action de l’UNELL a également permis de ramener des euros supplémentaires pour les producteurs : 2 € les / 1000 L sur le prix moyen Lactalis en 2018, soit 700 € pour une exploitation produisant 350 000 L de lait par an.

En parallèle des négociations avec Lactalis, notre association d’OP a élargi son champ d’action. Cela, toujours dans l’objectif d’une valorisation du lait des producteurs adhérents et pour renforcer l’efficacité de ses OP. A cet égard, l’UNELL a rencontré plusieurs fois le Ministère de l’Agriculture pour peser dans la mise en œuvre de la loi Alimentation qui doit concrétiser les Etats Généraux de l’Alimentation.

Accord-cadre et "contrat chapeau"

En 2018, nous avons également pris l’initiative de mieux connaître les clients de notre client. Ce qui s’est concrétisé par des rencontres au niveau national avec différents enseignes de la grande distribution. Ces entretiens nous ont aussi permis de mieux comprendre le fonctionnement des centrales d’achat, et connaître les relations entre les entreprises de transformation et la distribution.

À la suite de la publication de la loi alimentation, l’UNELL a fait début novembre une nouvelle proposition d’accord-cadre à Lactalis. Ce document complet peut être assimilé à un «contrat chapeau» car il va définir et faire évoluer le contrat individuel de chaque producteur adhérent. En cette fin décembre, les discussions sur l’accord-cadre sont déjà bien avancées avec Lactalis, il reste à fixer et figer les modalités de détermination du prix.

La formule de prix en négociation reprend les éléments de celle mise en place en début d’année 2018. L’objectif de l’UNELL est d’y intégrer une réelle prise en compte du prix de revient. De plus, cette formule qui identifie clairement le part marché intérieur dans le prix du lait doit permettre une vraie adéquation entre hausses tarifaires à la distribution et prix du lait.

En parallèle du travail réalisé collectivement à l’UNELL, chaque OP négocie en région avec l’entreprise les dispositions relatives à la gestion des volumes, afin de répondre aux attentes spécifiques de chaque territoire.

Producteur de lait livrant à Lactalis qui n’adhère pas à une OP, que faire ?

Avec la loi Alimentation, ce n’est plus à l’entreprise mais au producteur de faire une proposition de contrat. Il en est de même pour la mise en conformité des contrats Lactalis, qui aujourd’hui ne sont pas en règle. Lactalis s’expose à de lourdes amendes financières s’il continue à collecter du lait hors contrat ou si ces documents sont non conformes à la réglementation. Le producteur hors OP a alors deux possibilités :

- proposer individuellement un contrat ou un avenant au contrat conforme à la réglementation a Lactalis et le négocier individuellement ;

- rejoindre une OP qui à travers sa proposition d’accord cadre négocie collectivement les contrats de ses producteurs membres.

L’UNELL encourage donc vivement les producteurs non adhérents à rejoindre une des OP membres de l’UNELL et bénéficier ainsi de l’accord-cadre qui sera signé avec Lactalis".

Communiqué de presse

Contacts des OP de la région membres de l’UNELL :

Aveyron - Lozère - Haute-Loire - Lot : Association de producteurs de lait Lactalis Rodez (APL Rodez) : apl.rodez@organisation.pro

Occitanie-Aquitaine : Association des producteurs de lait SOLAISUD : opsolaisud@gmail.com

Massif Central : Association des producteurs lait livrant à Lactalis dans le Massif central (AP3LMC) : ap3lmc@gmail.com

 éleveurs+lait+lactalis