National | Par Didier Bouville

Groupama lancera son assurance des prairies le 18 janvier

L’assurance des prairies de Groupama sera lancée le 18 janvier 2016, a annoncé Stéphane Gin, directeur de l’assurance agricole, le 7 décembre.

Basé sur un outil indiciel, le contrat calcule, dans chacune des 20 000 régions fourragères définies par Groupama, le déficit de fourrage obtenu par rapport à la moyenne de la région et aux besoins escomptés.

Les tarifs varieront selon le risque attribué à la région fourragère, le seuil de déclenchement et la franchise (choisis par l’assuré).

Le contrat, faisant partie du dispositif «contrat socle», sera subventionné par les aides européennes, à hauteur de 65% maximum de la cotisation, pour un contrat de base (dont les caractéristiques devraient être définies à l’occasion du CNGRA, comité national des risques en agriculture, qui se tiendra le 9 décembre).

Groupama indique, en exemple, que pour un capital assuré évalué à 900€/ha, un seuil et une franchise de 30%, le tarif devrait tourner autour de 10€/ha.

Pour 2016, Groupama ne se donne pas d’objectif chiffré quant au nombre de contrats, mais espère tester son offre sur toute la France et tout type d’élevage.

 éleveurs+herbe+groupama

Toutes les actualités
PetitesAnnonces
Bovins

Elev. Aubrac HBA V Taureau Aubrac 4 ans et 5 femelles 15 mois TGS. Tél 06 79 64 02 91

Divers

V épandeur fumier 7T H verticaux Auran BE révisé 5000€, abri tunnel dim L40 L10 H4 6000€ cause cess photo sur demande. Tél 06 33 79 76 78  le tout sans TVA

Sur le même sujet

En vue d’élaborer le prochain Programme national de gestion des risques (PNGRAT) d’ici la fin d’année, les organisations professionnelles agricoles (syndicats, banques, assurances…) rendaient cette semaine leurs propositions au cabinet du ministre de l’Agriculture Didier Guillaume.Agra Presse s’est procuré les contributions des quatre principaux syndicats (FNSEA, JA, Coordination rurale, Confédération paysanne), dont l’analyse détaillée sera publiée dans son hebdomadaire. Premier constat : aucun des quatre syndicats ne plaide pour que l’assurance récolte soit rendue obligatoire.«Avant de généraliser l’assurance, faisons en sorte qu’elle soit généralisable !» argue notamment la FNSEA dans sa note. Le syndicalisme majoritaire (FNSEA et JA) – tout comme la Coordination rurale – propose d’améliorer le dispositif de gestion des risques existant, afin de le rendre plus attractif…