Aveyron | Par La rédaction

Syndicat mixte du bassin versant Tarn-amont Journée sur l’érosion des sols : les agriculteurs mobili

Démarrage réussi pour un plan de lutte contre l’ensablement de la Muse : la profession agricole se mobilise aux côtés du syndicat Tarn-amont et ses partenaires pour réduire les départs de sols.

Une trentaine de personnes du bassin versant de la Muse, agriculteurs et élus locaux, ont assisté à la journée technique proposée par le syndicat mixte du bassin versant Tarn-amont, pour évoquer notamment la mise en place d’un plan de lutte contre l’ensablement de la Muse. L’après-midi était consacrée à des démonstrations de matériels d’entretien de haies (sécateur hydraulique, broyeur sous clôtures).

Le 16 février, le syndicat mixte du bassin versant Tarn-amont a animé une journée technique à destination des agriculteurs du bassin versant de la Muse, cours d’eau confluant avec le Tarn en amont de Saint-Rome-de-Tarn, et traversant les communes de Saint-Léons, Saint-Laurent-de-Lévézou, Saint-Beauzély, Castelnau-Pégayrols et Montjaux.
Les thématiques abordées ont été l’érosion et le ruissellement des sols agricoles, en lien avec l’ensablement progressif de la rivière constaté à travers plusieurs études depuis une quinzaine d’années.

Démarche volontaire

L’objectif de cette journée était d’initier une démarche volontaire et concertée pour lutter contre les départs de sols à l’origine du colmatage du fond de la Muse et de ses affluents. Pour ce faire, le syndicat Tarn-amont a sollicité l’appui de plusieurs partenaires pour construire et proposer un plan d’actions se voulant le plus opérationnel possible et bénéficiant de financements attractifs.
Sur le plan technique, ce sont la Chambre d’agriculture de l’Aveyron, l’Association départementale d’aménagement des structures des exploitations agricoles (ADASEA) d’Oc et l’association Arbres haies et paysages d’Aveyron qui ont apporté leur expertise dans le montage du plan d’actions. Sur le plan financier, cette démarche bénéficie du soutien de l’Agence de l’Eau Adour-Garonne ainsi que des Commutés de communes Muse et Raspes du Tarn et Lévézou-Pareloup, membres du syndicat Tarn-amont.

Démonstration de matériels d’entretien de haies

Pour la trentaine de personnes, agriculteurs et élus locaux, ayant répondu présente, la journée s’est déroulée en deux temps. La matinée a été dédiée à la présentation détaillée du plan d’actions. De nombreux sujets ont ainsi été abordés : réduction de l’impact du piétinement du bétail sur les cours d’eau et les zones humides, adaptation des pratiques culturales pour favoriser le maintien des sols, proposition de formations et de journées techniques et retours sur l’intérêt de planter ou régénérer les haies afin de ralentir des ruissellements à l’origine de départs de sols sur les versants.

L’après-midi, profitant du beau temps, les participants ont pu assister à une démonstration de matériels d’entretien des haies proposée par l’association Arbres haies et paysages. Un sécateur hydraulique et un broyeur sous clôtures ont ainsi été présentés comme des alternatives à l’épareuse qui est parfois utilisée de manière trop blessante pour les arbres, réduisant à terme leur durée de vie.
Le syndicat Tarn-amont et ses partenaires se félicitent du succès de cette journée puisque la quasi-totalité des personnes présentes souhaitent que ce type d’évènement soit reconduit sur le territoire et, déjà, plusieurs sollicitations pour des aménagements de parcelles, de l’acquisition de matériel ou l’organisation de formations spécifiques ont été recueillies.

D’ici quelques semaines, les premières visites d’exploitations seront réalisées par le syndicat et ses partenaires et les premiers aménagements pourraient avoir lieu dès cet été. Une bonne nouvelle pour la Muse et ses affluents.
Renseignements auprès du Syndicat mixte du bassin versant Tarn-amont au 04 66 48 47 95 ou par mail : contact@tarn-amont.fr.

La rédaction

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Après les fortes gelées en avril qui ont causé d’importants dégâts dans les vignobles et vergers du département, la FDSEA et les JA ont sollicité l’administration pour que des missions d’expertise soient réalisées sur le terrain. La DDT est allée à la rencontre des vignerons et arboriculteurs du département, la semaine dernière. La DDT était sur le terrain la semaine dernière, dans les vignes et vergers sur plusieurs secteurs de l’Aveyron pour recenser les dégâts du gel de printemps (© FDSEA 12). Les services de la DDT ont visité, mercredi 29 mai, plusieurs exploitations afin d’expertiser les pertes de récolte en vigne pour les appellations Marcillac, Entraygues Le Fel et Estaing. Puis vendredi 31 mai, ils se sont rendus sur…