Aveyron | Par La rédaction

Lecture : Naisseur de Delphine Laurent

Fille d’agriculteurs du côté de Laissac, Delphine Laurent a choisi de consacrer son premier livre, Naisseur, à sa passion pour l’élevage. Un roman social où elle aborde la transmission d’une exploitation, la rudesse du métier tout autant que la passion qui habite celles et ceux qui l’exercent mais aussi la solitude dans les campagnes… Et la beauté de faire naître.

«Ce livre n’est pas inspirée de mon histoire !», D’emblée Delphine Laurent met les points sur les i en présentant son premier ouvrage, publié chez Albin Michel, qu’elle a intitulé Naisseur. Delphine est fille d’agriculteurs installés du côté de Laissac. Avec son mari, elle a repris l’élevage familial d’une quarantaine de vaches Aubrac et Charolaises dont ils prennent soin en plus de leur métier respectif. Un monde qui la passionne tout autant qu’il l’impressionne par la volonté, le courage et la passion qui animent celles et ceux qui l’ont choisi. «J’ai toujours aimé écrire et pour mon premier roman, c’était une évidence de parler de mon autre passion : l’élevage !», confie l’auteur. «Je suis née dans ce milieu, j’y vis, j’y travaille. Qui plus est peu d’auteurs écrivent sur l’agriculture, je me suis donc lancée !».

Quatre années d’écriture

Un travail de 4 ans, qu’elle a démarré par quelques mots griffonés sur une serviette en papier… «J’ai construit mes personnages, l’histoire au fil de l’eau, je n’avais pas de plan précis». Comme son héroïne, Marie-Loup, Delphine est revenue sur la ferme familiale mais le parallèle s’arrête là ! «Marie-Loup avocate à Paris, a décidé de tout quitter pour prendre la succession de son père décédé subitement, à la tête de l’élevage familial quelque part sur le causse en Aveyron. Une ferme pourtant destinée à son frère Paul, qui a refusé de prendre la suite. Personnellement je n’aurai pas eu son courage de reprendre une ferme, seule !». Dans son roman qu’elle qualifie de social, loin des livres de terroir, Delphine dépeint la détermination d’une femme passionnée viscéralement liée à ses bêtes mais aussi sa pugnacité face aux critiques de ceux qui ne voient en elle que la Parisienne revenue aux sources que l’on attend au tournant ! Confrontée aussi à la dureté de sa mère, Jeanne, qui ne voulait pas de ce métier pour sa fille… Avec beaucoup de justesse, tout au long du livre, Delphine plonge le lecteur dans des petits instants de bonheur : un lever de soleil sur le causse, la naissance d’un veau, les premières tétées… mais aussi dans les moments de doute, de solitude.

Dans ce roman, Delphine a décrit «l’agriculture dans sa réalité», «dans son jus», dit-elle même ! «Je dédie ce livre à tous ceux qui le vivent sans l’écrire», dit-elle tout simplement. Une simplicité, une sincérité qui ont plu à la maison d’édition Albin michel, qui a eu un vrai coup de cœur pour Naisseur : «C’est la première fois que je suis publiée, qui plus est par une grande maison d’édition nationale ! J’y suis allée à l’instinct comme pour mon livre en leur envoyant mon écrit. La réponse positive est arrivée très rapidement. Je le vis comme une belle reconnaissance envers l’agriculture», conclut Delphine Laurent.

Sorti en février, au moment du Salon de l’agriculture, Naisseur est disponible dans toutes les librairies. Delphine Laurent réalise plusieurs dédicaces dans les Maisons de la presse et assure la promotion dans des émissions de radio et télé. «Un nouveau monde que je découvre avec plaisir et où je peux parler de ce beau métier d’agriculteur !».
Clin d’œil de l’auteur : l’héroïne de Naisseur est abonnée à La Volonté Paysanne !

Eva DZ

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Réunie en assemblée générale vendredi 7 juin, l’union de coopératives BEVIMAC Centre Sud a présenté une activité, spécialisée dans l’export d’animaux vifs, en progression malgré la fermeture du marché algérien et un regain de valeur ajoutée pour les animaux destinés à l’Italie. L’assemblée générale de BEVIMAC Centre Sud s’est déroulée vendredi 7 juin. La stratégie de BEVIMAC Centre Sud, union des coopératives décidée il y a 9 ans, continue de porter ses fruits. Le débouché commercial vers les pays tiers bien que conditionné aux aléas géopolitiques et sanitaires, apporte une puissance d’achat aux coopératives adhérentes, CELIA, UNICOR notamment, et permet de capter une valeur ajoutée supérieure à celle des marchés européens. Pour Pierre Terral, le président, ces bons chiffres sont…