National | Par Didier Bouville

Lait : la parution du décret sur les OP lance leur mise en route

Les organisations de producteurs (OP) de lait pourront négocier collectivement leurs prix avec les laiteries : le « décret OP », «longtemps espéré», comme le rappelle la Fédération des producteurs (FNPL), est paru au Journal Officiel du 20 avril.

«Les organisations de producteurs qui n’achètent pas la production de leurs membres (c’est-à-dire les OP qui ne sont pas coopératives, N.D.L.R.) pourront, à compter du 3 octobre 2012, négocier collectivement les éléments du contrat avec les acheteurs de lait», indique le décret. Ce dernier formalise les conditions que les OP devront remplir pour obtenir l’agrément du ministère de l’Agriculture.

Cette reconnaissance des pouvoirs publics leur permettra de déroger au droit de la concurrence. Ainsi, «elles seront en capacité de négocier, avec les industriels laitiers privés, des modalités de détermination de prix et de volumes contenues dans les contrats», se félicite la FNPL. Mais il va falloir « passer du réglementaire à la réalité », note-t-elle.

Les éleveurs doivent maintenant donner mandat de négociation à leur OP pour la durée de leur adhésion (5 ans). Les OP pourront déléguer certaines missions à des AOP (association d’OP) pour peser encore davantage dans la négociation.

Téléchargez le décret ICI

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Le ministère de l’agriculture a annoncé un renforcement des contrôles le long de la chaine alimentaire pendant la durée des Jeux olympiques et notamment sur les sites dédiés. Marc Fesneau Capture X-Twitter « 13 millions de repas seront servis sur les sites des jeux olympiques, dont 5 millions pour les spectateurs, 3,5 millions pour les agents de l’organisation et 2,2 millions pour les athlètes, pendant la durée des Jeux olympiques », a annoncé le cabinet du ministère de l’Agriculture à la veille de la visite du ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau à Saint Ouen, le 12 avril près de Saint-Denis, l’un des sites des épreuves. Pour faire face à cet évènement exceptionnel, le ministère entend éviter toute « toxi-infection »…