National | Par Didier Bouville

Lait et après-quota : le ministère étudie un système de régulation européen

Le ministère de l’Agriculture veut présenter à Bruxelles un système de régulation de la production laitière pour remplacer les quotas après 2 015. Présenté le 5 décembre aux organisations professionnelles agricoles lors du 1er groupe de travail sur la contractualisation, ce système de régulation se déclencherait lorsque le prix du lait décrocherait trop brutalement sur une période donnée.

La Commission européenne recommanderait alors aux collecteurs de baisser leur production afin de réguler le marché. Dans le cas où les prix ne remonteraient pas après cette recommandation, la Commission aurait la possibilité d’imposer des pénalités financières aux entreprises n’ayant pas réduit leur collecte.

Ce système nécessiterait néanmoins plusieurs outils encore inexistants : un observatoire européen des prix, mais aussi un suivi de la production de chaque pays et de leurs entreprises. La contractualisation devrait en outre être entièrement révisée pour inclure des clauses de réduction de la collecte.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Pour asseoir son hégémonie sur la scène internationale, la Chine vise l’autosuffisance alimentaire. L’accroissement des capacités de production des filières animales se fait dans la douleur. Des fermes géantes supplantent les petits producteurs de bovins et de porcs. Mais la conjoncture économique contrarie leur essor. De nombreuses sociétés laitières sont déficitaires. Sur de nombreux marchés agricoles, la Chine est le premier pays importateur au monde de commodités. L’an passé, elle a importé 2,4 millions de tonnes (Mt) de viande de porc, 3,46 Mt de viande bovine et l’équivalent de 10 Mt de lait en produits laitiers. Bien que l’empire du milieu soit la deuxième puissance économique mondiale, avec un excédent commercial de 800 milliards d’euros (Md€), son déficit commercial agricole…