Aveyron | Par La rédaction

Jean Laurens, l’ancien président de la FDSEA et de la Chambre d’agriculture est décédé

Jean Laurens, artisan du développement et de la promotion de l’agriculture aveyronnaise pendant près de 40 ans, est décédé accidentellement samedi soir, à Vilherols, sur la commune de Lacroix-Barrez, à l’âge de 80 ans.

Né en 1944 à Rodez, Jean Laurens avait repris l’exploitation familiale sur la commune de Lacroix-Barrez, à la suite de son père, Robert Laurens, lui aussi très engagé, d’abord en tant que secrétaire général FDSEA, puis maire de Lacroix-Barrez, député, sénateur, fondateur de la FODSA et de la SICA Habitat Rural.
Installé en 1967, avec un élevage de vaches Aubrac, il a décidé quelques années plus tard de convertir son exploitation en production de lait de vache produisant du lait pour la coopérative de Brommat, près de Mur-de-Barrez. Une exploitation qu’il a transmise à la fin de sa carrière à ses deux associés. «Cette partie de ma vie consacrée à l’élevage a été très riche humainement, avec un esprit de groupe formidable entre agriculteurs», témoignait alors Jean Laurens, qui fut notamment à l’origine de la première banque de travail et de la première CUMA du Carladez.

Cet engagement local marqua le début de son investissement en faveur du monde agricole et plus globalement de l’agriculture de son département.
En mai 1973, Jean Laurens est élu président local FDSEA de Lacroix-Barrez, délégué cantonal de Mur de Barrez et délégué régional Nord-Aveyron, soutenu par André Valadier. Il devient membre du bureau de la FDSEA présidée par Raymond Lacombe.
En mai 1976, Jean Laurens est élu président de la section bovins lait FDSEA, jusqu’en 1979. La même année, il est élu à la Chambre d’agriculture.
En 1979, il est élu secrétaire général de la FDSEA, succédant à Maurice Fages.
En 1982, il succède à Raymond Lacombe à la présidence de la FDSEA. Puis est réélu en 1985, 1988 et 1991.

Puis c’est au sein de la Chambre d’agriculture que Jean Laurens s’investit, une structure qu’il préside pendant 16 ans. Il succède en septembre 1994 à André Cazals et cède sa place à Jacques Molières en novembre 2010.
Jean Laurens, dans le cadre de ses mandats, avec l’appui des directeurs de la Chambre d’agriculture (Jean Mazens et Gaby Quintard), a créé un partenariat avec l’Institut Technique du Porc (devenu IFIP) à la ferme de Bernussou de la Chambre d’agriculture (Villefranche de Rouergue) et trois licences professionnelles agricoles à Bernussou (porc, bovins lait et bovins viande). Il a également contribué à la création de la licence professionnelle (ovins) du lycée de La Cazotte à St-Affrique.

Des responsabilités nationales

Au-delà de l’Aveyron, Jean Laurens a également défendu l’agriculture de son département à l’échelle nationale, à l’APCA où il fut élu en 1995, membre du conseil d’administration et y siège pendant 12 ans. Là il fut en charge des dossiers concernant l’agriculture biologique, du réseau Bienvenue à la Ferme, chargé du tourisme, membre de la commission économique de l’APCA, de la commission permanente du conseil national de la montagne.
Il est nommé « Intuitu personae » par le ministère de l’Agriculture, et président du comité national de la certification des produits agro-alimentaires (CNLC) de 2004 à 2007.
De 2007 à 2012, il est président du comité national des labels IGP et Spécialités traditionnelles garanties (STG), et vice-président de l’INAO. A l’APCA il a réussi à faire porter la marque des Marchés de producteurs de pays que son amie, Sylvette Hermet avait initiée en Aveyron. Devenue marque nationale, les MPP restent aujourd’hui encore de belles opportunités de diversification pour les fermes aveyronnaises et de plusieurs départements en France.

Très investi dans le réseau des Chambres interconsulaires en Aveyron et à l’échelle du Massif central, Jean Laurens a su nouer de nombreux liens avec ses homologues des Chambres de Métiers, Commerce et Industrie) et fut à leur côté, l’artisan de la création d’un stand Aveyron au Salon international de l’agriculture à Paris et de la démarche « Fabriqué en Aveyron » avec le Conseil départemental.

Propriétaire de gîtes et Chambres d’hôtes à Vilherols, sous le label Gîtes de France, depuis les années 90, Jean Laurens a présidé l’Association pour la promotion et l’accueil touristiques dans l’Aveyron rural (APATAR) et le réseau Gîtes de France Aveyron jusqu’en 2013. «Ce dossier tourisme vert a été très important pour moi, j’y ai rencontré des agriculteurs très ouverts et des collaborateurs efficaces», confiait alors Jean-Laurens. «Le réseau national Bienvenue à la Ferme comptait 4 000 adhérents quand je suis arrivé, et plus de 6 000, six ans plus tard».

Élevé au rang d’Officier de l’Ordre national du mérite en mai 2004 puis Chevalier de la légion d’honneur en avril 2011, Jean Laurens a sans conteste marqué de son empreinte l’agriculture aveyronnaise. Par ses convictions, sa détermination à défendre son département, son agriculture, à rendre attractif l’Aveyron, il fut l’artisan de son développement.

La rédaction

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Balade dans les vignobles aveyronnais avec pique-nique le midi et repas de gala en soirée. Trois parcours sont proposés jeudi 27 juin en direction de Marcillac Vallon, Entraygues-Le Fel/Estaing et Millau. L’Aveyron organise son tout premier Wine Tour. A l’initiative de l’agence de pub, Evelyne, la fédération des vins de qualité de l’Aveyron a été sollicitée pour proposer un tour des vignobles du département. «Nous y avions déjà pensé mais sans concrétiser le projet», souffle Isabelle Vialettes, œnologue et conseillère viti-vinicole à la Chambre d’agriculture. «L’idée est née autour d’une table en évoquant les Toqués de l’Aveyron à Millau, événement auquel les Vins de l’Aveyron avaient été associés. Nous nous sommes dits qu’une balade dans les vignobles du département avec…