Aveyron | Par La rédaction

Groupe coopératif Sylva Bois Le bois, une ressource d’avenir

A quelques kilomètres de Mostuéjouls où 1 300 ha sont partis en fumée l’été dernier suite à un violent incendie, Sylva Bois a réuni ses adhérents propriétaires forestiers. L’occasion pour le groupe coopératif aux bases solides de montrer tout son panel d’accompagnement, de conseils et de suivi.


Dans un contexte économique compliqué pour la filière bois (ralentissement de la construction, de la demande en planches de palettes, hausse du coût de l’énergie…), Sylva Bois affiche une belle santé et des projets pour les années à venir. «Il y a de l’avenir dans le bois ! Les qualités d’isolant de ce matériau de plus en plus privilégié pour les nouvelles normes, le rôle reconnu de la forêt dans la fixation du carbone, la gestion de l’eau et la biodiversité ainsi que l’essor du bois énergie… en font des atouts pour l’avenir», sont persuadés Paul Goudy, le président et Eric Lacombe, directeur du groupe coopératif.

Fort de plus d’un millier d’adhérents, dont 16 nouveaux sociétaires, sur une surface de 157 ha, Sylva Bois peut aussi compter sur la bonne structuration de sa filière bois. «L’histoire nous donne raison aujourd’hui puisque nos investissements réalisés dans l’aval de la filière sont de sérieux atouts pour relever les défis qui nous attendent», a assuré Paul Goudy. Ainsi la participation dans les scieries de proximité permet la meilleure valorisation possible du bois des adhérents. Sur l’activité bois rond, après une année 2021 exceptionnelle, le groupe coopératif retrouve un niveau de commercialisation équivalent à 2019 avec 140 000 m3 soit 20 camions par jour ! Les volumes concernent le bois d’œuvre résineux et feuillus, le bois de papeterie résineux et feuillus et le bois de chauffage. Sur l’activité bois scié, là aussi pour les trois sites (scierie et palettes de Camarès, bois de charpente résineux chez Bois du Rouergue et bois feuillus chez Bois du Ségala), c’est le retour aux volumes de 2019. Le bois énergie n’en finit plus de progresser (+40% des plaquettes et +20% du bois bûches soit 30 000 stères).

Des bases solides pour investir

Le groupe coopératif, soucieux de maintenir ce niveau d’activité et de performance dans ces outils d’aval, prévoit un plan d’investissements de 6,5 millions d’euros d’ici 2026. «Il est important de continuer à moderniser nos scieries et nous pouvons le faire grâce aux solides bases financières de notre groupe», se félicite Paul Goudy.
Enfin l’activité de sylviculture est elle aussi, en regain avec une centaine d’hectares reboisés en essences adaptées au changement climatique. Une orientation que souhaite saisir Sylva Bois. Ainsi le groupe coopératif envisage d’acquérir un domaine forestier en Aveyron, sur lequel l’équipe technique pourra tester des itinéraires de reboisements innovants et de nouvelles essences adaptées au changement climatique. «Nous allons proposer aux propriétaires forestiers, des itinéraires de gestion «alternatifs» qui répondent à leurs attentes et aux attentes de la société», explique ainsi Eric Lacombe. Et pour une meilleure connaissance du domaine forestier et des informations le concernant, Sylva Bois prévoit aussi de numériser l’ensemble des documents de gestion pour faciliter leur partage et leur actualisation.

Accompagner après les incendies

Les incendies de l’été dernier ont également marqué l’année du groupe Sylva Bois. Dans les Gorges du Tarn, sur les 1 300 ha partis en fumée, 300 ha étaient exploités par le groupe coopératif. «Nous avons accompagné la quinzaine de propriétaires forestiers concernés par les incendies en leur proposant de couper le bois mort que nous avons commercialisé sans décôte au prix du bois vert», a expliqué Eric Lacombe. «C’est ça l’esprit coopératif !», a souri Paul Goudy. «Apporter du soutien aussi quand nos adhérents sont en difficulté». De même l’équipe de techniciens de Sylva Bois a accompagné les propriétaires de bois sinistrés dans leur stratégie de reboisement, de régénération…
Elle a présenté sa démarche de suivi des parcelles sinistrées lors de l’assemblée générale qui se tenait à quelques kilomètres des incendies dans les gorges du Tarn. Et fait appel à quelques partenaires pour compléter les informations. Ainsi la DDT a rappelé la réglementation de l’exploitation des coupes, le nettoyage des parcelles et l’obligation de débroussaillement en prévention des incendies. Et Stéphane Foury, président de FRANSYLVA Aveyron, a présenté les dispositifs pour assurer sa forêt. Dans l’après-midi, Sylva Bois a proposé une visite des parcelles incendiées qu’elle exploite et a expliqué l’organisation des chantiers, le renouvellement de la forêt…

A l’aube de la nouvelle saison estivale et du retour des fortes chaleurs, le groupe coopératif veut aussi porter un message de prévention auprès des propriétaires forestiers en rappelant que l’équipe technique est à leurs côtés pour les accompagner à entretenir et mieux gérer leur bien patrimonial.

Eva DZ      

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Réunie en assemblée générale vendredi 7 juin, l’union de coopératives BEVIMAC Centre Sud a présenté une activité, spécialisée dans l’export d’animaux vifs, en progression malgré la fermeture du marché algérien et un regain de valeur ajoutée pour les animaux destinés à l’Italie. L’assemblée générale de BEVIMAC Centre Sud s’est déroulée vendredi 7 juin. La stratégie de BEVIMAC Centre Sud, union des coopératives décidée il y a 9 ans, continue de porter ses fruits. Le débouché commercial vers les pays tiers bien que conditionné aux aléas géopolitiques et sanitaires, apporte une puissance d’achat aux coopératives adhérentes, CELIA, UNICOR notamment, et permet de capter une valeur ajoutée supérieure à celle des marchés européens. Pour Pierre Terral, le président, ces bons chiffres sont…