Aveyron | Par La rédaction

Fête de l’estive à Saint Geniez d’Olt et d’Aubrac Contact retrouvé entre éleveurs et grand public

L’association des Éleveurs du Pays d’Olt a retrouvé le chemin de sa fête de l’estive… et de sa journée découverte qui permet aux visiteurs d’aller à la rencontre d’éleveurs sur leur ferme, pour assister aux préparatifs de la transhumance. Une centaine de personnes ont ainsi profité d’une journée d’échanges mercredi 25 mai.

Comme avant la crise sanitaire, éleveurs et grand public ont pris le temps d’échanger pendant toute une journée autour de la race Aubrac, de l’élevage. Sur la ferme de la famille Peyrac, à Palmas d’Aveyron le matin puis chez Privat Serres à Prades d’Aubrac l’après-midi.

Deux bus complets, plus d’une centaine de personnes. Pour son retour, la journée découverte organisée par l’association des Eleveurs du Pays d’Olt qui porte la fête de l’estive affiche une belle réussite. Jean-Pierre Niel qui a pris avec Privat Serres, le relais de Jean-François Petit à la tête de l’association, ne cachait pas sa joie d’accueillir tout ce petit monde sur des exploitations, pour leur faire découvrir les coulisses de l’élevage Aubrac et de la préparation d’une transhumance. «Toute l’équipe d’éleveurs bénévoles a répondu présent pour accompagner le groupe ! Tous ont été partants ! Nous avons rapidement repris nos bonnes habitudes», sourit-il, heureux de pouvoir encore compter sur le soutien de Jean-François Petit.
Enthousiasme et sourires au rendez-vous
«Nous n’avions pas pu organiser la fête comme nous la connaissions depuis deux ans en raison de la crise sanitaire, même si les troupeaux ont continué, eux, à rejoindre les estives à pied. Mais visiblement cette pause n’a pas freiné l’envie de découverte et d’échanges», avance ravi, Jean-Pierre Niel. En effet, si les réservations stagnaient à 90 personnes, le téléphone s’est affolé la semaine précédant la fête : «Nous avons rempli les deux bus et même quelques personnes nous ont suivis en voiture pour la journée», poursuit-il. Cette année, c’est la famille Peyrac de la Gratarelle à Palmas d’Aveyron, qui a accueilli le groupe le matin. Les quatre associés de l’exploitation ont présenté leur élevage d’une centaine de mères Aubrac, expliqué comment ils se préparaient, ainsi que leurs vaches, à la montée à pied… mais aussi longuement échangé sur leur système d’élevage labellisé en AB. Avec une petite incartade dans le nouvel atelier, l’élevage de chèvres !
«Nous avons retrouvé le même enthousiasme des visiteurs à venir chercher de l’info sur notre mode d’élevage, sur la race Aubrac, sur nos produits… Ils sont très demandeurs», souligne Lauriane Peyrac, l’une des associés qui, avec sa belle-sœur Olivia, a rejoint l’année dernière, son frère Alexandre et son oncle, sur la ferme familiale. Les visiteurs viennent de toute la France, Creuse, Hérault, Mayenne, et même du Charolais… Comme ce groupe dont l’une des représentantes s’est exprimée : «Nous ne connaissions pas du tout l’Aveyron, c’est une première pour nous de suivre la transhumance. C’est vraiment un plus de pouvoir aller à la rencontre des éleveurs, de prendre le temps de discuter et de savoir où l’on peut déguster leur viande !». Ils ont pu en avoir un avant-goût lors du déjeuner au buron le midi à Verlac autour d’un aligot !
Jean-Pierre Niel tient aussi à remercier l’ensemble des éleveurs impliqués pour leur participation ainsi que les 6 troupeaux transhumants qui ont fait halte à Saint Geniez, le jour de la fête : Vincent Chassaly, le petit nouveau, les familles Périé, Delmas, Solinhac, Peyrac et Clément Chassaly. «Nous sommes tous très contents de cet événement qui repart, résultat d’une belle collaboration entre la mairie de Saint Geniez et les éleveurs», commente l’organisateur.  
Une dynamique de bon augure pour la fête de la race Aubrac cet été en août (lire encadré) et pour le concours départemental de la race Aubrac en octobre à Brameloup.

Eva DZ 

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Réunie en assemblée générale vendredi 7 juin, l’union de coopératives BEVIMAC Centre Sud a présenté une activité, spécialisée dans l’export d’animaux vifs, en progression malgré la fermeture du marché algérien et un regain de valeur ajoutée pour les animaux destinés à l’Italie. L’assemblée générale de BEVIMAC Centre Sud s’est déroulée vendredi 7 juin. La stratégie de BEVIMAC Centre Sud, union des coopératives décidée il y a 9 ans, continue de porter ses fruits. Le débouché commercial vers les pays tiers bien que conditionné aux aléas géopolitiques et sanitaires, apporte une puissance d’achat aux coopératives adhérentes, CELIA, UNICOR notamment, et permet de capter une valeur ajoutée supérieure à celle des marchés européens. Pour Pierre Terral, le président, ces bons chiffres sont…