Aveyron | Par Didier Bouville

Ce week-end : concours de chiens de troupeau inter-races avec l’ACT 12

Pour la 6 ème année, l’ACT 12 organise un concours de chiens de troupeau inter-races chez Denis Malbouyres, l’un de ses membres actifs, du 11 au 13 août à Flavin.

Après Montbazens ce printemps et avant la finale à Sévérac le Château fin septembre, l’Association des Chiens de Troupeau de l’Aveyron (ACT 12) propose un nouveau rendez-vous cet été. Du 11 au 13 août, elle organise un concours de chiens de troupeau inter-races, chez Denis Malbouyres, éleveur à Flavin. «C’est la sixième fois que nous accueillons sur notre ferme, un concours de chiens de troupeau et c’est toujours un grand moment de convivialité entre les membres de l’association, les concurrents et le grand public», avance l’éleveur passionné. Et une fois de plus, les concurrents ont répondu présents puisqu’ils étaient plus de 60 duos à vouloir être de la fête ! «Nous affichons complet, encore une fois !», sourit Denis Malbouyres.

Ainsi pendant les 3 jours, sur les 3 niveaux de concours, 45 chiens avec leur maître, venus de toute la France, se défieront sur un parcours préparé par le juge, Jean-Michel Jolly, expert en la matière. Berger, éleveur reconnu et formateur agréé par l’Institut de l’élevage, Jean-Michel Jolly est en effet, une référence dans le milieu des concours de chiens de troupeau.

«Nous avons souhaité proposer trois jours de concours afin de répondre aux nombreuses demandes», avance Denis Malbouyres. Le week-end d’animations démarrera dès le vendredi 11 août après-midi, avec les 10 concurrents sélectionnés pour le niveau I. Puis le samedi, toute la journée, 16 duos chien-maître se succèderont en niveau III (sélectif pour le Championnat de France 2024) et enfin le dimanche, 18 concurrents assureront le spectacle en niveau II. A noter que des Aveyronnais sont sélectionnés dans chacun des niveaux. «On sent une bonne émulation au sein du département avec de plus en plus de participants à nos concours. C’est super !», témoigne Denis Malbouyres, heureux aussi de la belle dynamique autour de l’association qui fête cette année, ses 20 ans.

«Nous avons ajouté une petite difficulté au concours en proposant un lot de 15 agnelles de 5 mois accompagnées de quelques brebis adultes. Ce sera sûrement un peu déroutant pour les concurrents et leur chien. Les agnelles ne sont pas habituées à être ensemble mais par contre, elles ont déjà un peu travaillé avec un chien», explique l’éleveur de Flavin.

Grâce au soutien de nombreux sponsors et partenaires, entreprises, artisans, commerçants du coin mais aussi des collectivités (mairie, Conseil départemental, Syndicat mixte du Lévézou), l’ACT 12 a prévu de nombreuses animations autour du concours : un château gonflable et la visite de l’élevage de brebis laitières de Denis et Sandrine le samedi et en plus le dimanche : une tyrolienne, des promenades en poneys, en calèche, une démonstration de chiens d’arrêt. Sans oublier le samedi soir et le dimanche midi, un repas champêtre concocté par l’ACT 12. «Nous espérons attirer de nombreux visiteurs, voisins, amis, curieux mais aussi les touristes et vacanciers puisque nous sommes en pleine période estivale. Nous avons d’ailleurs fait passer l’infos aux Offices de Tourisme, aux campings…», avance Denis Malbouyres.

Les membres de l’ACT 12 espèrent offrir un beau week-end d’animations autour du travail du chien de troupeau dans un esprit de convivialité et d’échanges.

Eva DZ

Réservations repas : 06 13 13 35 75

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Réunie en assemblée générale vendredi 7 juin, l’union de coopératives BEVIMAC Centre Sud a présenté une activité, spécialisée dans l’export d’animaux vifs, en progression malgré la fermeture du marché algérien et un regain de valeur ajoutée pour les animaux destinés à l’Italie. L’assemblée générale de BEVIMAC Centre Sud s’est déroulée vendredi 7 juin. La stratégie de BEVIMAC Centre Sud, union des coopératives décidée il y a 9 ans, continue de porter ses fruits. Le débouché commercial vers les pays tiers bien que conditionné aux aléas géopolitiques et sanitaires, apporte une puissance d’achat aux coopératives adhérentes, CELIA, UNICOR notamment, et permet de capter une valeur ajoutée supérieure à celle des marchés européens. Pour Pierre Terral, le président, ces bons chiffres sont…