Aveyron | Par Didier Bouville

AOP Aveyron : les vendanges ont du retard

Les conditions climatiques de l’année n’ont pas été très favorables aux vignes. Les vendanges accusent un retard de deux à trois semaines dans l’ensemble des vignobles aveyronnais. Le point avec Karine Scudier, conseillère viticulture à la Chambre d’agriculture.

– Comment se présentent les vendanges ?

«Avec beaucoup de retard ! De 15 jours à trois semaines selon les vignobles ! Certains comme à Millau ou Marcillac, ne commencent que ce week-end (19 et 20 octobre) à ramasser ce qui sous-entend une pression plus forte en raison de pluies incessantes et de températures parfois très basses le matin et dans la journée. Ces conditions ralentissent la maturité du raisin.

– La saison climatique va-t-elle beaucoup influer sur le millésime ?

ça a été compliqué toute l’année pour les vignerons aveyronnais. Avec d’abord un printemps qui tardait à arriver, ce qui a engendré un certain retard dans les vignes. Certes l’été a été plutôt bon avec des températures chaudes,…?mais cela n’a pas suffi à rattraper le retard qui se retrouve donc à la fin de la saison jusqu’aux vendanges.

Heureusement, les vignes restent relativement propres d’un point de vue sanitaire même si quelques foyers de mildiou peuvent faire leur apparition. Nous ferons le bilan une fois les raisins ramassés et avec le travail de la cave.

– Quand commencent les vendanges ?

A Entraygues – Le Fel comme à Estaing, elles ont démarré la semaine dernière car ces deux vignobles ont des cépages plus précoces comme le Gamay. A Marcillac et Millau, elles devraient démarrer en fin de semaine».

Eva DZ

(Photo archives)

Lire aussi dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 17 octobre 2013.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Initialement annoncé le 15 mars par le gouvernement, le versement des aides MAEC et Bio n’est toujours pas soldé, trois mois après… Une situation «inadmissible» qu’ont dénoncé les responsables FDSEA et JA venus rencontrer le directeur de la DDT, lundi 17 juin. Marie-Amélie Viargues, présidente de la FDSEA et Nicolas Bosc, président de la section AB FDSEA et Mathieu Bedel, responsable groupe Bio JA et Léo Nakich, président JA 12, à la sortie de leur rencontre avec la DDT, lundi 17 juin. «La situation est plus qu’urgente !», une délégation de la FDSEA et des JA est allée demander à l’Etat de «respecter ses engagements et payer ce qu’il doit !». En effet, le gouvernement avait annoncé le versement des…