National | Par Didier Bouville

Aides PAC : les députés demandent de les réorienter vers l’élevage

«C’est un véritable cri d’alarme qui a été poussé devant nous», témoignent Germinal Peiro (PS) et Alain Marc (UMP Aveyron), députés auteur d’un rapport d’information sur l’élevage bovin laitier et allaitant en France, adopté le 10 juillet 2013 par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale.

Ils ont auditionné depuis fin mars de nombreux acteurs des filières. « Malgré ces difficultés, nous considérons que l’élevage a un avenir en France » et est indispensable à l’emploi, à l’aménagement du territoire ou encore au tourisme, précisent les rapporteurs. « Il est nécessaire d’assurer aux éleveurs une juste rémunération en fonction de leurs conditions de travail. Pour ça, nous devons soutenir un rééquilibrage en direction de l’élevage dans la redistribution des aides de la PAC : ceux qui travaillent le plus ont les revenus les plus faibles », expliquent-ils. Un consensus a régné entre tous les partis politiques présents lors de l’audition, l’ensemble des députés demandant aux rapporteurs « d’aller plus loin ».

Dans leur rapport, Germinal Peiro et l’Aveyronnais Alain Marc demandent un « juste prix » des produits, et préconisent un recouplage des aides PAC vers l’élevage, un développement de la méthanisation et de l’autonomie protéique et fourragère des élevages, ou encore un étiquetage viande bovine française. Ils suggèrent de travailler sur des productions de qualité et sur les circuits courts, notamment dans la restauration hors foyer. Enfin, ils insistent pour alléger les contraintes administratives, notamment pour révéler le seuil des installations classées.

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Pour asseoir son hégémonie sur la scène internationale, la Chine vise l’autosuffisance alimentaire. L’accroissement des capacités de production des filières animales se fait dans la douleur. Des fermes géantes supplantent les petits producteurs de bovins et de porcs. Mais la conjoncture économique contrarie leur essor. De nombreuses sociétés laitières sont déficitaires. Sur de nombreux marchés agricoles, la Chine est le premier pays importateur au monde de commodités. L’an passé, elle a importé 2,4 millions de tonnes (Mt) de viande de porc, 3,46 Mt de viande bovine et l’équivalent de 10 Mt de lait en produits laitiers. Bien que l’empire du milieu soit la deuxième puissance économique mondiale, avec un excédent commercial de 800 milliards d’euros (Md€), son déficit commercial agricole…