Aveyron | Par Didier Bouville

Agri’ppe toi pour s’initier à l’agriculture

Le Fond’Actions Jeunes du Crédit Agricole Nord Midi-Pyrénées, en tant que mécène, et le Service de Remplacement de l’Aveyron, comme opérateur, ont créé un programme expérimental, du 2 au 13 octobre, baptisé «Agri’ppe toi !» visant à faire découvrir le métier de salarié agricole à un public novice.

Fédérateur, le projet a concerné d’autres acteurs, dans le domaine de l’emploi, comme la mission locale et Pôle Emploi, et dans celui de la formation, tels que l’Agricampus La Roque et l’ADPSA. «Agri’ppe toi !» a eu pour objectif de faire découvrir en dix jours l’agriculture aveyronnaise et le métier de salarié agricole. Pour cela les six stagiaires recrutés ont bénéficié de séances collectives au lycée La Roque et de six journées en binôme avec un agent du service de remplacement, en immersion à la ferme.

Des binômes salariés-stagiaires conquis

Les regroupements ont permis d’assister à une présentation des spécificités du métier et de la diversité des productions du département. Le dernier jour a vu intervenir l’ADPSA pour présenter les formations agricoles possibles, en fonction des profils des candidats, la majorité étant en reconversion professionnelle. Le reste de la journée a été consacrée au debriefing, chacun témoignant de son expérience.

Cinq agents volontaires du service de remplacement ont donc endossé un rôle de tuteurs auprès de ces néophytes avides de découverte. Benoît Tournier, agent expérimenté du service, impliqué dans les actions de valorisation des métiers auprès des écoliers, partage son ressenti. «C’est une belle expérience qui nous a donné l’occasion de transmettre notre métier d’une manière différente de ce que nous faisons dans les écoles. Nous avons rarement l’occasion d’avoir des stagiaires sur le terrain, contrairement aux agriculteurs. Pour ma part j’ai voulu montrer mon travail au quotidien, les responsabilités que je suis amenées à prendre, sans oublier le relationnel avec les exploitants». Il a été suivi par Natasha Quesnel, une jeune femme qui a déjà une expérience de bergère l’été dans les Alpes. «Je voudrais travailler dans des fermes, pourquoi pas au sein du service de remplacement. Autour de chez moi, il y a beaucoup de bovins donc je voulais voir si je serais capable de m’adapter». Après cette première expérience réussie, la jeune bergère envisage d’entamer une formation par apprentissage pour devenir salariée agricole, et pourquoi pas, plus tard, s’installer.

Montrer les réalités et atouts du métier

Tous les autres binômes ont témoigné d’une expérience enrichissante pour les salariés et décisive pour les stagiaires, les confortant à continuer dans cette voie pour les uns, les orientant au contraire ailleurs pour les autres.

Jérôme Valière, président du Service de Remplacement, a vu la participation à cette initiative comme une aubaine, rappelant que : «la promotion du métier de salarié agricole est notre cheval de bataille !». Bertrand Rouanet, délégué général du Fond’Actions Jeunes a salué le contenu du dispositif : «La partie terrain permet de contextualiser le métier de salarié. Le programme fait aussi découvrir différentes façons d’exercer le métier, autres que salarié d’exploitation, comme au sein du service de remplacement ou d’autres organismes».

Un défi logistique

Jérôme Valière a tenu à saluer l’implication de son équipe dans l’organisation ardue de ce programme. Anne-Lise Brioudes en témoigne. «La plupart du temps, l’intervention de nos agents n’est pas planifiée longtemps à l’avance. Nous avons donc dû concilier les dates du stage avec le planning des salariés, tout en nous assurant de l’accord des agriculteurs à recevoir le binôme». Une tâche un peu compliquée, mais vite oubliée devant l’enthousiasme des participants, qui préfigure le renouvellement de cette expérience et une transposition aux autres départements de la caisse régionale du Crédit Agricole.

Bérangère Carel

Toutes les actualités

Sur le même sujet

Après les fortes gelées en avril qui ont causé d’importants dégâts dans les vignobles et vergers du département, la FDSEA et les JA ont sollicité l’administration pour que des missions d’expertise soient réalisées sur le terrain. La DDT est allée à la rencontre des vignerons et arboriculteurs du département, la semaine dernière. La DDT était sur le terrain la semaine dernière, dans les vignes et vergers sur plusieurs secteurs de l’Aveyron pour recenser les dégâts du gel de printemps (© FDSEA 12). Les services de la DDT ont visité, mercredi 29 mai, plusieurs exploitations afin d’expertiser les pertes de récolte en vigne pour les appellations Marcillac, Entraygues Le Fel et Estaing. Puis vendredi 31 mai, ils se sont rendus sur…