Aveyron | Par Jérémy Duprat

23 hectares pour venir entraîner ses chiens sur lièvres

La chasse commence dimanche 10 septembre en Aveyron. Et comme à son habitude, la VP s’associe à la Fédération des chasseurs dans un dossier en date du 31 août.

Un parc qui existe depuis 30 ans. Un coin paisible pour entraîner ses chiens sur des lièvres. Le père de Jérôme Massol l’a créé avec une poignée de sangliers. Rapidement, les sangliers sur les 23 hectares ont été remplacés par des lièvres. « J’ai pris la suite de son travail à son décès en 2004. Il y a tout ce qu’il faut en termes d’installations : clôtures, cabanon pour les chasseurs, chemins et de la variété au niveau du terrain, chênes, châtaigniers, taillis, ronces, des prés, des friches, des points d’eaux aménagés et des terres cultivées. Mon voisin agriculteur cultive une partie des terres du parc », explique Jérôme Massol.

Les 23 hectares du parc des Vialettes sont situés sur la commune de Lédergues à 50 km de Rodez et 40 km d’Albi. Il est ouvert depuis 30 ans. « La marche est agréable et facile, un chemin permet de faire le tour du parc et des sentiers sont présents dans le bois. Il y a en permanence une dizaine de lièvres, rusés, chevronnés et fins connaisseurs du terrain », complète Jérôme Massol.

Un parc où il fait bon vivre. Le parc des Vialettes est ouvert toute l’année sur réservation, en matinée ou l’après-midi. « Nous pouvons accueillir 12 chiens maximum. Un local est mis à disposition pour manger. L’intérêt premier c’est vraiment la possibilité de venir entraîner, dresser et démarrer de jeunes chiens. Vous pouvez venir en toute tranquillité, avec vos chiens, et y aller à votre rythme, sans perturbation d’autres personnes. Les chasseurs sont vraiment autonomes sur le site. Ils arrivent et entrent selon leur envie, c’est à leur convenance. Certains viennent seuls, d’autres entre collègues et puis il y a aussi des familles qui viennent pour pique-niquer quand il fait beau », assure Jérôme Massol.

Le renouvellement des générations est un enjeu majeur pour les agriculteurs et les chasseurs. Jérôme Massol remarque quelques changements depuis plusieurs années. « La clientèle évolue légèrement. J’avais énormément de personnes âgées il y a quelques temps. Désormais, davantage de jeunes me contactent et viennent sur le parc. Je vois un peu de renouvellement mais sans plus. Et puis, en étant le seul parc à lièvres sur l’Aveyron, je vois vraiment de tous les profils de chasseurs. Certains font beaucoup de kilomètres pour venir. Après, c’est difficile pour moi d’en juger : la majorité de mes échanges avec les personnes se font par téléphone. Ils sont ensuite en toute liberté sur le parc sans que j’aie besoin d’être présent derrière eux », estime Jérôme Massol.

Cette simplicité et cette ambiance décontractée, c’est ce qui plaît à Jérôme Massol. « Avant, avec les sangliers, c’était énormément de travail et de complication pour mon père. Comme les chasseurs venaient en groupe, ils voulaient manger sur place, faire la fête… Pour mon père qui était très conciliant, c’était trop. Et puis, si les sangliers étaient un peu trop virulents, ils abîmaient les chiens. Et les chasseurs n’étaient pas contents. Ou à l’inverse, les chiens attaquaient les sangliers. Pour sa philosophie du parc que je poursuis aujourd’hui, les sangliers ne collaient pas », défend Jérôme Massol.

Jérémy Duprat

Toutes les actualités

Sur le même sujet

La Fête de la transhumance revêt cette année un caractère tout particulier que ce soit à Aubrac ou Saint Geniez. Inscrite sur la liste du patrimoine culturel immatériel mondial de l’UNESCO en décembre, la transhumance est entrée dans une nouvelle dimension puisque cette pratique décroche une reconnaissance méritée de l’intérêt du déplacement saisonnier de troupeaux, basé sur des systèmes d’élevages vertueux. Tout ce que défend depuis toujours l’association Traditions en Aubrac qui porte la Fête de la Vache Aubrac en Tranhsumance depuis plus de 40 ans. Première fête de la transhumance depuis son inscription sur la liste du patrimoine culturel immatériel mondial de l’UNESCO. Des milliers de visiteurs sont une nouvelle fois attendus à Aubrac. Pour Christian Bonal, éleveur transhumant…