lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Actualités
Actus nationales

04 Août 2020 | Actus nationales | Actus Aveyron

Partenariat Vinci Autoroutes : les touristes ont goûté l’Aveyron !


Le week-end dernier, profitant du chassé croisé entre juilletistes et aoûtiens, une douzaine de producteurs de l’Aveyron, du Tarn et de la Haute Garonne ont proposé un marché de produits locaux sur l’aire de Port-Lauragais. Autour d’un plan d’eau ouvert sur le canal du Midi, l’endroit était idyllique pour faire déguster les produits de terroir ! Une intiative réussie pour la FRSEA d’Occitanie, Haute-Garonne Tourisme (Maison de la Haute-Garonne) et le restaurant La Dinée en partenariat avec VINCI Autoroutes.

 produits+terroir+promotion+vinci

23 Juillet 2020 | Actus nationales | Actus élevage

Espagne, Portugal et France réunis pour promouvoir le porc

C’est un ton résolument humoristique, décalé et ciblé sur les générations Y (nés entre 1984 et 2000) que les interprofessions du porc français, espagnol et portugais ont uni leurs moyens pour réaliser une campagne de communication intitulée : Let’s talk about Pork from Europe (laissez-nous vous parler du porc européen).

Cette campagne qui va s’étaler sur trois ans et qui a été financée avec l’aide de l’Union européenne interpelle les millennials, ces générations nées dans un univers mondialisé et biberonnés aux nouvelles technologies. Elles sont sollicitées via des messages «Fake or Real», par exemple : «Le bruit court que les porcs ne voient jamais de vétérinaire toute leur vie». Les messages diffusés leur permettent de faire la part des choses face aux rumeurs et autres «Fake news» et redirige vers le site : letstalkabouteupork.com. Quatre thèmes ont été retenus pour la première année de cette campagne : le climat, la biosécurité, la diversité des produits et l'alimentation animale.

Depuis le 13 juillet, des comptes Facebook et Instagram sont lancés et animés, et une première vague de parrainage TV est diffusée cet été sur W9 avant une deuxième à l’automne. «Des éleveurs ont souhaité se mobiliser durant cette campagne et participeront aux différentes actions prévues afin d’expliquer leur métier et répondre aux questions du grand public», précise le communiqué de presse.

Site internet ICI

Page facebook ICI

 éleveurs+porcs+cochons

22 Juillet 2020 | Actus nationales

Cadre financier 2021-2027: la PAC perd 5 Mrds € dans la dernière ligne droite...

Photo elysees.fr

Après quatre jours de pourparlers, les chefs d’État et de gouvernement de l’UE sont parvenus, le 21 juillet au petit matin à un accord à l’unanimité sur le cadre financier pluriannuel de l'UE pour 2021-2027 de 1074,3 milliards d’euros et un Plan de relance de l’économie post-Covid-19 doté de 750 milliards d’euros.

La Pac hérite d'un budget de 336,4 Mrds dont 258,6 Mrds pour les paiements directs et les mesures de marché et 77,8 Mrds pour le développement rural. Le développement rural voit son enveloppe légèrement revue à la hausse par rapport à la proposition du mois de mai 2020 de la Commission européenne de 75 Mrds € mais dans le même temps les 15 milliards € prévus pour le développement rural dans le plan de relance post-Covid-19 sont réduits de moitié à 7,5 Mrds €. Une baisse qui s'explique par la réduction de la part de subventions (par rapport aux prêts) voulue par les pays dits frugaux dans le cadre du plan de relance.

Au total la Pac perd donc environ 5 Mrds €. Pour 2014-2020, la Pac actuelle disposait (en prix 2011) d'un budget de 373 Mrds € dont 277,9 Mrds pour le premier pilier. En euros courant (avec une inflation de 2% prise en compte) et à périmètre constant (UE-27), le budget de la Pac pour 2021-2027 est globalement maintenu par rapport à la période 2014-2020 mais en euros constant (2018) il enregistre quand même une baisse qui peut-être évaluée à quelque 39 Mrds €.

...et subit quelques modifications

Les discussions entre les dirigeants européens ont porté sur les enveloppes budgétaires de la future Pac mais également sur certains aspects financiers et notamment le plafonnement à 100000€ des aides directes par exploitation qui ne sera finalement pas rendu obligatoire pour les États membres contrairement à ce qui était prévu initialement. Autre changement : les États membres pourront transférer jusqu'à 25% de leurs enveloppes du 1er vers le 2nd pilier et inversement (contre 15% dans la proposition initiale). La convergence externe des niveaux de paiements directs (entre anciens et nouveaux Etats membres) se poursuivra et «tous les États membres auront un niveau d'au moins 200€/ha en 2022 et d'au moins 215€/ha d'ici 2027», précise le texte final.

Des bonus par rapport à la clé de répartition normale des fonds de la Pac ont par ailleurs été accordés à certaines Etats membre: 1600 millions d'euros pour la France, 650 Mio pour l’Allemagne, 500 Mio pour l’Espagne, 500 Mio pour l’Italie, 400 Mio pour la Finlande, 300 Mio pour le Portugal, 300 Mio pour la Grèce, 300 Mio pour l’Irlande, 250 Mio pour l’Autriche, 200 Mio pour la Slovaquie, 100 Mio pour la Belgique, 100 Mio pour la Croatie, et 50 Mio pour Chypre.

La réserve agricole sera limité à 450 Mio€ en prix courants au début de chaque année et réapprovisionnée, si besoin, par les marges disponibles et en dernier recours le mécanisme de discipline financière (réduction des paiements directs). L'accord final entre les Vingt-sept confirme enfin que la part des dépenses de la Pac qui devrait être consacrée à l'action en faveur du climat sera de 40%.

PAC 2021-2027: un budget «stable» pour la France par rapport à la période actuelle

L'accord trouvé le 21 juillet sur le cadre financier pluriannuel de l'UE pour 2021-2027 conduit à un budget de la Pac «stable» pour la France, à 62,4 milliards d'euros (courants) contre 62 milliards sur la période actuelle, calcule le cabinet du ministre de l'Agriculture. Ce montant inclut le Feader (2nd pilier) et le Feaga (1er pilier) hors mesures de marché. Dans le détail, le Feader qui reviendra à la France s'élève à 11,4 milliards d'euros contre 10 milliards sur la période actuelle. Ce montant a fait l'objet de négociations jusque dans les dernières heures de négociations, selon le cabinet.

Enfin, 51 milliards d'euros d'aides directes du Feaga reviennent à la France, contre 52 milliards sur la période actuelle. Ce montant en baisse est notamment du au mécanisme de «convergence externe», qui profite aux pays les plus récemment entrés en UE (pays de l'est). Le cabinet rappelle d'ores et déjà que «les deux piliers ne sont pas étanches». Le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie s'est félicité du résultat des négociations: «La France s'est beaucoup battue pour avoir une Pac à la hauteur de ses attentes, et c'est le cas. Nous avons une Pac ambitieuse avec un budget renforcé. Et ce n'était pas gagné».

«Une ambition à consolider pour la Pac» selon la FNSEA et les JA

La FNSEA et JA saluent dans un communiqué commun diffusé le 21 juillet «l’accord trouvé par les chefs d’État et de gouvernement». Dans cette négociation, le chef de l’État «a su défendre l’intérêt européen et limiter la casse pour le secteur agricole», pour les deux syndicats. Mais il s'agit pour les deux organisations d'«une ambition à consolider pour la Pac» ; ils estiment en effet qu’il faudra «être vigilant sur l’ambition de la Commission» dans les stratégies «Farm to fork» et Biodiversité 2030 visant à accélérer les transitions, notamment écologiques, de l’agriculture.

Avec des moyens supplémentaires limités, «les objectifs devront être adaptés: difficile de demander aux agriculteurs de faire plus sans leur en donner les capacités financières». Les négociations sur les outils de la Pac vont maintenant démarrer. «Nous attendons de l’UE qu’elle affirme clairement son ambition pour le renouvellement des générations d’agriculteurs et leur mission première : celle de contribuer à sa souveraineté alimentaire», insiste le communiqué commun.

 éleveurs+PAC+europe

21 Juillet 2020 | Actus nationales

Conseil Agriculture : les Vingt-sept toujours divisés sur l'architecture verte de la future Pac

L'Allemagne, qui présidait le 20 juillet à Bruxelles son premier Conseil des ministres de l'Agriculture de l'UE du semestre, a réaffirmé sa volonté de parvenir à un accord des Vingt-sept sur la future Pac dès le mois d'octobre.

Mais les Etats membres restent divisés sur l'un des éléments centraux de cette réforme: la nouvelle architecture verte et en particulier les éco-régimes qui vont être introduits dans le premier pilier. Certains sont opposés au principe même de ces éco-régimes (Italie, Finlande, Autriche, Luxembourg...), et les autres ne sont pas d'accord sur l'idée de consacrer une part minimale du budget de la Pac à ces dispositif.

La France, les Pays-Bas, le Danemark ou encore l'Espagne sont favorables à la fixation d'un pourcentage unique au niveau de l'UE afin d'assurer un cadre réellement commun en la matière. Une position que soutien le commissaire européen à l'Agriculture, Janusz Wojciechowski.

Mais pour la Pologne, l'Irlande ou la Belgique il y a un risque important de sous utilisation de ces fonds qui risquent alors d'être perdus, puisqu'il est difficile d'évaluer à l'avance le taux de souscription des agriculteurs à ces programmes volontaires.

Par ailleurs les Etats membres sont également apparus très partagés sur la fixation d'un pourcentage commun au niveau européen de surfaces non productives dans le cadre de la conditionnalité renforcée des aides.

 éleveurs+PAC+europe

21 Juillet 2020 | Actus nationales

Commerce extérieur agroalimentaire : effondrement de l’excédent en mai

En mai dernier, l’excédent de notre commerce extérieur de produits agricoles et alimentaires n’a représenté que 43 millions d’euros, contre 410 millions en mai 2019. A l’origine de cette tendance, la crise sanitaire entraînant un ralentissement des échanges, la baisse des exportations s’avérant plus importante que celle des importations.

Le solde positif de nos échanges extérieurs agroalimentaires en mai dernier, a connu un véritable effondrement par rapport au mois correspondant de 2019 : 43 millions d’euros (M€) contre 410 M€. Les exportations ont représenté 4,4 milliards d’euros (Md€) contre 5,39 Md€ un an plus tôt, baissant plus fortement que les importations qui passent de de 4,98 à 4,36 Md€.

L’excédent des produits transformés recule de 477 à 135 M€ et le déficit des produits bruts s’accentue, avec -92 M€ contre -67 M€ un an auparavant ; en particulier, le solde de nos échanges avec l’U.E s’est sensiblement aggravé, passant en un an, de -367 M€ à -501 M€. L’excédent avec les pays tiers atteint 543 M€ contre 777 M€ en mai 2019.

Dans ce bilan globalement négatif, les exportations de céréales ont pourtant maintenu une évolution positive, avec 626 M€ et laissent un excédent de 493 M, 52 M€ de plus que l’an dernier. En revanche, l’autre grand poste de nos échanges, les vins et spiritueux, enregistrent une nouvelle très grosse baisse des sorties, passant de 864 M€ en mai 2019, à 546 M€ pour les vins et Champagne cette année, et les spiritueux de 441 à 176 M€. Le solde positif du secteur boissons rétrograde ainsi de près de moitié, s’affichant à 639 M€. Le recul de ces produits reste principalement lié à la diminution des ventes aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et à l’Asie.

Perspectives inquiétantes

Sur les 5 premiers mois de l’année 2020, l’excédent de nos échanges agro-alimentaires tombe de 3,33 Md€ l’an dernier, à 2,75 Md€ cette année. Le bilan céréales demeure très largement positif avec 3,49 Md€, contre 3,09 Md€ pour la période correspondante de 2019, alors que l’excédent des vins et spiritueux accuse un repli de 1,3 Md€, avec 3,68 Md€.

Le déficit viande s’est nettement réduit : - 458 M€ contre – 594 M€, les exportations de viande porcine maintenant une orientation positive tandis que les produits laitiers enregistrent une belle augmentation, + 200 M€, de leur solde positif, à 1,26 Md€. Ce bilan à 5 mois de l’année est inquiétant ; on voit mal une remontée significative des exportations de vins et spiritueux d’ici la fin de l’exercice 2020, alors que les exportations de céréales diminueront sans doute considérablement en raison de la faible moisson de blé attendue pour la campagne 2020/2021 qui vient de commencer.

 éleveurs+commerce+agroalimentaire

Précédents articles

20 Juillet 2020 | Covid-19 : 33 000 actions menées par la MSA
20 Juillet 2020 | Conseil européen : 15 Mds € du Plan de relance alloués à la PAC
16 Juillet 2020 | Covid-19 : A. Chassaigne et J-B. Moreau étrillent la «réactivité» de Bruxelles
16 Juillet 2020 | Résultats 2019 : l’agriculture biologique en progression
16 Juillet 2020 | Conjoncture laitière juillet (CNIEL) : «des incertitudes sur le second semestre» [vidéo]
15 Juillet 2020 | E. Macron dévoile son plan de relance et cite les protéines en exemple
10 Juillet 2020 | Covid-19 : l'Assemblée maintient le principe de sectorisation des exonérations
10 Juillet 2020 | Covid-19 : les députés améliorent l'exonération de cotisations des agriculteurs
10 Juillet 2020 | Moissons 2020 : la FNSEA alerte le Gouvernement
10 Juillet 2020 | Le Sénat veut lutter contre les déserts vétérinaires
10 Juillet 2020 | L’actu vue par Z’lex
09 Juillet 2020 | Rencontre FNSEA-Julien Denormandie : «L’agriculture est un élément déterminant du plan de relance»
08 Juillet 2020 | Moissons : le blé réduit à sa deuxième plus faible récolte depuis 2004 (ministère)
08 Juillet 2020 | Vin : la Commission européenne adopte de nouvelles mesures exceptionnelles
07 Juillet 2020 | Julien Denormandie, un ingénieur agronome nommé ministre de l'Agriculture
03 Juillet 2020 | L’agriculture a créé moins de richesses en 2019 (Insee)
02 Juillet 2020 | Christiane Lambert réélue à la tête de la FNSEA et candidate à la présidence du Copa
02 Juillet 2020 | Etats-Unis/Europe : relations tendues sur la viande bovine
01 Juillet 2020 | Tensions autour de la PAC au Parlement européen
30 Juin 2020 | Covid-19 : bientôt un décret sur les marchés publics pour vider les stocks accumulés
30 Juin 2020 | Covid-19 : Bruxelles débloque 10 M€ supplémentaires pour soutenir la promotion
30 Juin 2020 | Convention Climat : la FNSEA vigilante
30 Juin 2020 | Revalorisation des retraites agricoles : le Sénat adopte la proposition de loi
30 Juin 2020 | Aliments du bétail : des résultats contrastés
29 Juin 2020 | Etiquetage sur l’origine : «une première victoire» [point de vue]
Voir toutes les archives