lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Syndilait Le grand retour du lait de consommation dans les foyers français

27 mai 2021

Syndilait Le grand retour du lait de consommation dans les foyers français

A quelques jours de la journée mondiale du lait, le 1er juin, Syndilait, organisation professionnelle regroupant en France la majorité des fabricants de laits de consommation liquides, a annoncé le grand retour du lait dans les foyers français avec une croissance de près de 5% en 2020.

Après plus de 10 ans de repli, le lait fait son retour sur les tables des Français : des achats en progression de 5% en 2020 et de 35% rien que sur le mois d’avril 2020. La crise sanitaire et les périodes de confinement ne sont pas étrangères à cette reprise. «Les Français, coincés chez eux, ont davantage consommé de lait», a avancé Emmanuel Vasseneix, vice-président de Syndilait. Avec 4 millions de petits-déjeuners en plus consommés en 2020 chaque semaine, c’est le grand retour de ce moment en famille où 70% du lait est consommé. «Le fait que les Français se soient mis aux fourneaux et ont privilégié le fait maison a contribué aussi à cette hausse d’utilisation du lait dans les plats mais aussi dans les pâtisseries pour le goûter... Le lait est partout, dans tous les ménages !», argumente-t-il.


Une bonne nouvelle !


Et les chiffres le confirment : 97 % des foyers français sont acheteurs de lait et près de 82 litres sont achetés par an, par foyer. La valeur est aussi au rendez-vous puisqu’elle a progressé de 5,3% en raison d’une hausse des achats de lait entier, de lait local... Ainsi la part de laits spécifiques UHT (entier, vitaminé, AB...) a augmenté de près de 7%. Là aussi la crise sanitaire a eu son influence, les Français se tournant vers des laits produits localement ou vers des laits qui participent à leur protection immunitaire. La distribution de lait s’est également intensifiée dans les zones défavorisées. «Dans un contexte de plus grande précarisation en raison de la crise, le lait reste un produit de référence», confie le vice-président de Syndilait.  
«Tous ces chiffres sont une bonne nouvelle pour l’ensemble de la filière laitière», a poursuivi Emmanuel Vasseneix. Et son homologue, Olivier Buche de compléter : «Ces résultats sont le fruit de la mobilisation totale des collaborateurs de la filière laitière même pendant la crise sanitaire». Les deux vice-présidents de Syndilait se font forts de préciser que la balance commerciale du lait liquide conditionné en France est excédentaire de 207 millions de litres de lait. «97% du lait collecté en France est d’origine française. Depuis 2015, le lait collecté et conditionné en France porte un logo distinctif qui permet aux consommateurs de réaliser un acte d’achat citoyen, en renvoyant la valeur à l’ensemble de la filière laitière», expliquent-ils. «C’est la garantie d’un soutien à la filière qui représente 57 000 élevages et 24 000 emplois dans les régions».

Le lait doit redevenir un incontournable

Pour Eric Birlouez, ingénieur agronome, sociologue de l’agriculture et de l’alimentation, la mutation de la consommation était déjà en cours depuis quelques années.

«Les consommateurs s’interrogeaient déjà avant la crise sur l’idée du bien manger, d’un produit de qualité... Si le goût, la saveur étaient les priorités au début des années 2000, le bio et le choix du «sans» (sans additif, sans OGM...) résumés dans le lien entre alimentation et santé ont pris le pas en 2020. Nous sommes passés du bon à manger au bon à penser», résume-t-il. L’alimentation est donc un enjeu de société touchant l’environnement, la santé, la nature, l’animal... y compris chez les plus jeunes consommateurs. «Avant la crise déjà, plus de la moitié des Français ont changé leur comportement en faisant attention au gaspillage, en privilégiant le bio, le local, le fait maison, en réduisant les plastiques dans les emballages... Et leurs attentes ont été plus marquées : sécurité sanitaire, praticité, besoin d’informations, naturalité, local, bien-être animal, rémunération des producteurs... sans oublier le goût», explique Eric Birlouez. Il évoque l’émergence d’une «éthique alimentaire» liée à la santé, à la beauté, à la minceur, à la forme, au bien-être... et la volonté de reprendre en main son alimentation.


Des attentes boostées par la crise


«La pandémie a clairement boosté ces attentes», assure Eric Birlouez. Et l’impact a été visible sur les pratiques alimentaires : «on consomme plus de lait parce que c’est un produit qui apporte du réconfort, que l’on partage en famille, autour d’un petit-déjeuner ou dans un gâteau préparé ensemble pour le goûter... Bien sûr l’attrait pour le local et pour l’origine France ont aussi été des éléments favorables pour le lait puisque 97% du lait liquide conditionné en France est d’origine française. On choisit une alimentation plus durable, plus naturelle, plus responsable et le lait y a toute sa place puisqu’il assure une sécurité alimentaire, il apporte plaisir et réconfort, il prend soin de notre santé et est un produit pratique et facile d’accès».
Eric Birlouez a identifié quelques enjeux pour l’avenir du lait : l’importance de restaurer et de conforter l’image d’un aliment sain, essentiel dans l’alimentation des enfants, un aliment porteur de naturalité et de proximité, qui respecte la nature, l’animal et l’éleveur. «Le lait doit être réinstallé comme un incontournable du petit-déjeuner, un ingrédient qui compte dans le fait maison», conclut-il.  


Eva DZ