lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Dégâts de gibier : le Crédit agricole de Millau soutient les chasseurs

25 février 2021

Dégâts de gibier : le Crédit agricole de Millau soutient les chasseurs

L’association de protection des cultures contre les dégâts de gibier, rassemblant les sociétés de chasse de Nant, Sauclières, St-Jean-du-Bruel, l’Hospitalet-du-Larzac, et la Couvertoirade, vient de bénéficier du sou- tien financier de la caisse locale du Crédit agricole de Millau.

L’association créée en 1992 réunit une trentaine d’exploitations agricoles du secteur, rassemblant des agriculteurs chasseurs. «Notre objectif est de protéger les cultures contre les dégâts de sanglier» explique Jean-Louis Valdeyron (notre photo), président de l’association, installé à Nant, retraité agricole et chas- seur. «Nous avons ainsi planté des clôtures électriques de protection sur 70 ha, des parcelles de Nant, Sauclières, St-Jean-du-Bruel, l’Hospitalet-du-Larzac, et la Couvertoirade». La caisse locale du Crédit agricole de Millau a décidé de soutenir les agriculteurs avec une subvention de 1 500 euros, issue du fonds de développement local de la banque verte.

«Nous clôturons chaque année environ 4 ou 5 ha de parcelles supplémentaires pour limiter les dégâts de sangliers toujours en hausse. Cette subvention nous a permis d’acheter trois postes électriques, 1 000 piquets, et environ 500 mètres de fils pour du remplacement. Habituellement, c’est la cotisation des sociétés de chasse qui permet de financer ce matériel. La subvention du Crédit Agricole est une première pour nous et elle va bien nous aider. Je tiens ici à remercier les responsables de notre caisse locale !» transmet Jean-Louis Valdeyron.

Les clôtures sont posées par les sociétés de chasse de l’association, avec des équipes de quatre personnes en général. Les cultures les plus touchées sont les céréales, les vergers, et les productions maraîchères. Cette région agricole doit faire face à une population de sangliers toujours croissante : «Nous pouvons chasser jusqu’à la fin février, mais il en reste encore...» confie Jean-Louis Valdeyron. «Nous allons bientôt attaquer les chantiers de semis de céréales de printemps. Nous sommes déjà inquiets sur certains secteurs, à Sauclières en particulier. Mais à partir de la mi-juin, lorsque les céréales sont laiteuses, jusqu’à août, c’est à cette époque que les sangliers font de gros dégâts...».

D.B.