lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives
Journées nationales de l’agriculture Objectif renouvellement des générations

24 juin 2021

Journées nationales de l’agriculture Objectif renouvellement des générations


Vendredi 18 juin à Lunac, le premier jour des Journées nationales de l’agriculture, la Charte locale transmission installation a été présentée. Les JA  ont dépeint une situation préoccupante sur le territoire de Najac - Rieupeyroux mais aussi des actions pour renouveler les générations d’agriculteurs.

Une cinquantaine d’élus, d’agriculteurs et de représentants syndicaux étaient présents vendredi 18 juin sur la ferme de Julien Tranier à Lunac. Ils sont venus écouter religieusement les JA présenter la Charte locale transmission installation à l’occasion des Journées nationales de l’agriculture avant de la signer. Le couronnement de plusieurs mois de travail consciencieux et précis de la part de tous les partenaires locaux du comité de pilotage : FDSEA, CUMA, MSA, FODSA ou encore ELVEA… sont quelques-uns des acteurs impliqués avec le Conseil départemental.
«C’est une très bonne matinée qui fait plaisir à tout le monde. Le simple fait de pouvoir organiser à nouveau de tels événements est un soulagement, se retrouver autour d’un déjeuner à la tête de veau et échanger avec convivialité», se réjouit le président des JA Romain Déléris. Brimée par les mesures sanitaires des 12 derniers mois, la Charte attendait bien sagement la possibilité de montrer le bout de son nez. Prêts depuis quelques temps, les JA attendaient le déconfinement pour présenter leur travail et celui du comité de pilotage.


Une nécessité plus qu’un enjeu


Actualisation de la charte éponyme signée en 2013, la trajectoire prédite à l’époque est, à peu de chose près, restée la même. Les JA sont motivés par un constat simple. «D’ici 5 à 15 ans, 55% des agriculteurs du territoire de Najac - Rieupeyroux seront en âge de prendre leur retraite», révèle Romain Déléris. À l’échelle du canton, parmi les 357 exploitants de plus de 50 ans, autour de 50% d’entre eux n’ont pour l’instant pas de succession assurée. La conclusion du travail mené par tous les acteurs et le recoupement des chiffres sont sans appel : 153 à 243 emplois d’agriculteurs pourraient disparaître sur le territoire Najac - Rieupeyroux, soit entre 27% et 41% des exploitations existantes qui risquent de disparaître.
«Si nous souhaitons encore avoir des territoires vivants d’une part et pouvoir manger français d’autre part, il faut absolument réussir à remplacer ces agriculteurs qui partent à la retraite. Ce n’est même plus un enjeu, c’est une nécessité qui arrive à très court terme», alerte le président des JA. D’autant plus sur le canton étudié, où les agriculteurs représentent 6,3% de la population alors que l’agriculture contribue à faire subsister 19% des emplois du territoire.
Une assertion partagée par les signataires : «l’agriculture est au cœur des défis de notre siècle : le défi alimentaire et le défi écologique», présage le vice-président du Conseil départemental de l’Aveyron André At. «D’une part, si les Français souhaitent encore manger local et ne pas importer des productions pas forcément respectueuses de l’environnement, il faut des agriculteurs demain en France. Et d’autre part, il faut aussi reconnaître le rôle des agriculteurs dans la biodiversité. Nos paysages ont été façonnés pendant des siècles par l’agriculture», défend André At. Si les prédictions se confirment, ce qui semble être le cas depuis 2013, alors entre 13 et 20% de la surface du territoire pourrait contribuer à l’enfrichement ou à l’agrandissement. Ce qui ne représente pas moins de 5 986 hectares et au plus 9 348.



Des propositions...


Une fois le constat posé, Romain et ses compères, qui entendent bien mener la bataille du renouvellement des générations, ne baissent pas les bras. Au contraire, Mathilde André, de l’équipe d’animation, a présenté le plan d’action avec le président des JA à ses côtés et le vice-président Julien Tranier. Quatre axes principaux articulent la Charte locale transmission installation : «encourager la réflexion collective entre agriculteurs, promouvoir leur métier, engager les acteurs locaux dans le renouvellement des générations et perpétuer l’agriculture actrice de l’économie locale», détaille l’animatrice.
Tout au long de la présentation, elle égrène les actions retenues dans chaque axe : «mettre en place de moments d’échanges entre agriculteurs, développer les dispositifs d’entraide, fédérer autour d’un projet territorial, former les agriculteurs à la communication sur leur métier, massifier les visites à la ferme... Créer une dynamique». Une trentaine de sujets sont ainsi cités. La Charte n’est pas une liste exhaustive et se veut être enrichie des initiatives, répondant aux objectifs fixés, de tous les acteurs impliqués. Le document s’inscrit ainsi dans une perspective à long terme avec un point d’étape chaque année.


...Aussitôt en action


Côté promotion auprès du grand public, les JA n’ont pas perdu de temps. À peine le temps d’avaler un bout et c’est reparti. L’après-midi, les élèves de primaire de l’école de Lunac sont venus visiter la ferme de Julien Tranier. Les enfants ont pu découvrir le quotidien de l’éleveur et se familiariser avec le vocabulaire agricole autour d’ateliers animés par l’équipe des JA. Pendant ce temps, le deuxième groupe est allé rendre visite aux veaux de Julien Tranier. L’éleveur de Veaux d’Aveyron et du Ségala interroge les gamins : «d’après vous, quel âge a ce veau» ? 5 ans ? Non. 8 peut-être ? Non plus. «Il a quatre mois», révèle Julien aux jeunes. Bouches bées, les élèves n’en reviennent pas. Surpris et curieux, les petits vont suivre les explications de l’éleveur sur son quotidien. Même s’il n’est pas toujours facile de retenir leur attention, virevoltant d’un bout à l’autre du bâtiment et tentant de nourrir les bêtes avec le foin trouvé çà et là. Une chose est sûre, les élèves rentreront raconter à leurs parents en long, en large et en travers, l’après-midi passé à la ferme.
En fin de journée, pour relâcher la pression, les curieux et voisins ont pu profiter d’un apéritif offert par les JA. Cerise sur le gâteau, les rafraîchissements sont partagés au moment de la tétée des veaux sous la mère. Pas sûr qu’uniquement du lait ait été servi !

Jérémy Duprat