lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Changement climatique : les BTS ACSE de l’ADPSA s’y préparent

16 juin 2021

Changement climatique : les BTS ACSE de l’ADPSA s’y préparent

 


Depuis plusieurs années, l’ADPSA propose à ses étudiants de BTS ACSE de travailler sur le changement climatique dans le cadre du MIL (module d’initiative locale). Une thématique ô combien d’actualité et qui plonge les étudiants dans le vif du sujet avant d’entrer dans la vie professionnelle.


Les 15 étudiants de l’ADPSA en BTS ACSE (13 stagiaires de 2ème année et 2 stagiaires en 1 an) planchent depuis plusieurs mois sur le changement climatique. Une problématique qu’ils ne découvrent pas bien sûr mais qu’ils n’avaient pas eu jusqu’à présent l’occasion d’approfondir. Julie, Anthony, Ghislain, Nina et Lauriane sont étudiants en BTS ACSE 2ème année. Depuis septembre, avec leurs collègues, ils alternent entre apports théoriques, recherches en groupe, analyses de données, visites d’exploitations... pour constituer un dossier individuel fourni qui fera l’objet d’une évaluation (CCF) pour leur examen de BTS. «Cette notion de changement climatique n’est pas nouvelle, nous l’avons abordé à plusieurs reprises dans notre scolarité mais c’est la première fois que nous la travaillons sur la base de données très précises et d’exemples concrets sur des exploitations», expliquent les étudiants.


Etude statistique, visites de terrain et travail de groupe


Ce Module d’initiative locale (MIL) se décline en effet en quatre étapes, présentées par Lucie Encausse, formatrice à l’ADPSA, en charge de la coordination de ce projet, accompagnée notamment de Pierre Joffre et d’autres intervenants extérieurs. La première étape est de définir ce qu’est le changement climatique et de découvrir les différentes attitudes face à cette problématique. En groupe, les étudiants analysent les données statistiques issues de Météo France en termes de pluviométrie, de températures, d’évapotranspiration... sur plusieurs années dans plusieurs villes d’Aveyron et des alentours (Albi, Toulouse, Montpellier). Météo France est également intervenu en visioconférence pour commenter ces données. Les étudiants mettent ensuite au point quelques scenarios de projection météo pour les années à venir.


La deuxième étape invite les étudiants à travailler sur les impacts et conséquences du changement climatique notamment en agriculture, à travers plusieurs visites d’exploitation : chez un vigneron, chez un apiculteur et chez un éleveur. Ensemble ils évoquent les impacts rencontrés sur leur exploitation et abordent aussi quelques pistes qu’ils ont mises en place pour s’adapter au changement climatique.


Troisième étape, les étudiants recherchent comment lutter contre le changement climatique et comment le limiter. Après la visite de deux exploitations support en Aveyron, les étudiants ont réalisé un diagnostic CAP’2ER afin d’identifier des leviers permettant de lutter contre le changement climatique.


Enfin dernière étape de ce MIL, les étudiants bénéficient de plusieurs interventions extérieures, comme celle de l’AVEM sur une ferme du Sévéragais, pour étudier les leviers d’adaptation face au changement climatique.


Se préparer à l’avenir


«Ce projet s’étale sur plusieurs mois mais il alterne différentes séquences : étude de statistiques, travail de groupe, interventions d’experts, visites d’exploitation, qui sont toutes intéressantes», témoignent les étudiants. «Nous avons une vision bien plus concrète de ce qu’est le changement climatique et surtout de son impact et de ses conséquences sur l’activité agricole mais aussi sur notre vie de tous les jours», ajoutent-ils. «Nous avons pris conscience que nous n’aurons pas le choix que de nous adapter et ce travail de fonds nous permet de nous poser les bonnes questions avant de nous lancer dans la concrétisation d’un projet professionnel», complètent les étudiants, qui ont tous, à plus ou moins long terme, l’intention de s’installer en agriculture.
Ils expliquent aussi comment ce travail leur a permis d’aborder la problématique du changement climatique de façon globale sur une ferme : «face aux aléas, la clé est de maintenir l’équilibre entre le sol et le troupeau. Et les différents témoignages des agriculteurs que nous avons rencontrés, les échanges que nous avons eus avec eux sur leur adaptation, sont autant d’expériences qui nous serviront d’exemples pour la suite».


Les étudiants ont apprécié ce travail de fond auquel chacun a pu apporter sa petite touche personnelle. Sans nul doute, un bon entraînement pour les années à venir !


Eva DZ