lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
«Trouver une valorisation au plus près de nos fermes»

14 janvier 2021

«Trouver une valorisation au plus près de nos fermes»

 

La section production et transformation de produits fermiers de la FDSEA présidée par Françoise Fontanier (notre photo), éleveuse et productrice de viande bovine en direct sur l’Aubrac, travaille depuis plusieurs mois sur les possibilités de débouchés des produits aveyronnais en restauration hors domicile.

Comment est née cette réflexion envers la restauration hors domicile ?

F. Fontanier : «Notre premier objectif est de faire consommer nos produits en local. Et bien sûr de dégager une valeur ajoutée par rapport aux circuits traditionnels. Je prends l’exemple de nos broutards, plutôt que de les envoyer à l’export à des prix fluctuants et revus à la baisse la plupart du temps, nous pourrions trouver un débouché local auprès de la restauration collective, en recherche d’une viande jeune et tendre, qui nous assurerait un débouché sûr et rémunérateur, qui plus est sans faire trop de kilomètres !

Comment avez-vous engagé les discussions avec la restauration hors domicile ?

F. Fontanier : C’est un milieu très complexe dont les producteurs ne connaissent pas bien le fonctionnement. Il était donc nécessaire dans un premier temps d’apprendre à se connaître, à découvrir les pratiques de chacun pour mieux identifier leurs besoins, leurs attentes et voir comment nous pouvons faire coïncider la production avec leur circuit de distribution. D’où le travail d’enquête mené en local par les équipes FDSEA auprès des gestionnaires de cantines.

Quel bilan tirez-vous de ces enquêtes ?

F. Fontanier : Les rencontres ont montré que les problématiques sont multiples : le prix bien sûr mais aussi les volumes et la régularité d’approvisionnement, la valorisation des produits dans leur ensemble (à la carcasse notamment pour la viande). Nous avons encore beaucoup à apprendre.

Pensez-vous que ce travail permettra d’aboutir à une plus grande présence des produits locaux en restauration hors domicile ?

F. Fontanier : C’est notre but mais nous savons que ce ne sera pas simple. Nous avons en ligne de mire l’objectif des Etats généraux de l’alimentation qui fixe à 50% le niveau de produits de qualité (SIQO, AB, mention fermière...) en restauration hors domicile d’ici 2022. A nous de nous organiser pour proposer un outil facile d’utilisation pour les producteurs comme pour les gestionnaires de ces établissements pour relever ce défi !

Quelles seront les clés de réussite ?

F. Fontanier : La patience et la persévérance ! Il faut un peu de temps pour construire des relations pérennes de travail et d’échanges. Nous nous inspirons aussi d’expériences que nous avons pu découvrir dans d’autres départements. Et la réussite passe notamment par l’organisation, peut-être la création d’une association d’éleveurs pour mieux répondre aux appels d’offres et être mieux identifiés auprès des opérateurs. Chacun devra travailler sur son adaptation : la restauration hors domicile sur sa capacité à travailler des produits moins élaborés et moins transformés et les agriculteurs sur leur capacité à assurer une logistique efficace (délais de livraison…). Cette année, la crise sanitaire a freiné un peu l’avancée de notre projet mais elle a permis aussi de remettre en avant les attentes sociétales envers les produits de proximité».

DZ