lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
L’Aveyron à titre d’exemple sur la qualité des viandes !

08 juillet 2021

L’Aveyron à titre d’exemple sur la qualité des viandes !


Les représentants des Organismes de Défense et de Gestion des viandes label rouge et IGP de France ont été accueillis en Aveyron, par leur président Pierre Cabrit, éleveur de Veau d’Aveyron et du Ségala et André Valadier. Ici au buron du Couderc dans le village d’Aubrac.


Il n’y avait pas meilleur exemple que l’Aveyron pour accueillir la Fédération nationale des labels rouges et IGP/AOP sous l’appellation Fil Rouge, associée au syndicat des Labels Porc et Charcuteries, SYLAPORC ! En assemblée générale pendant deux jours, les 5 et 6 juillet, une soixantaine d’ODG (organisme de défense et de gestion) ont profité des paysages, de la gastronomie et de la convivialité à l’Aveyronnaise !

Fil Rouge est une association nationale qui regroupe les Organismes de Défense et de Gestion (ODG) qui défendent, gèrent et font la promotion d’une ou plusieurs appellations en label rouge et IGP pour les viandes de bœuf, veau, agneau assoicées à SYLAPORC. Elle a choisi l’Aveyron, sûrement un clin d’œil à son président, Pierre Cabrit, éleveur de Veau d’Aveyron et du Ségala à Sainte Croix pour son assemblée générale 2021. L’occasion de mettre à l’honneur les filières de qualité aveyronnaises et elles sont nombreuses : Label Rouge «Agneau Fermier des Pays d’Oc», Label Rouge et IGP «Agneau Laiton de l’Aveyron», Label Rouge «Bœuf Fermier Aubrac»,Label Rouge et IGP «Veau d’Aveyron et du Ségala».


Visites de fermes et dégustations au programme !


Sur l’Aubrac, le Causse, le Ségala et la vallée du Lot, les professionnels venus de toute la France (Vendée, Pays de la Loire, Pays Basque, Ardèche, Limousin...) ont visité des fermes engagées dans les démarches qualité, afin de comprendre leurs spécificités et bien sûr de déguster ces produits d’exception ! Pour introduire leur séjour en Aveyron, qui de mieux qu’André Valadier pour les accueillir au détour d’un buron dans le village d’Aubrac ! Accompagné de Patrick Mouliade, président de l’association Bœuf Fermier Aubrac, de Mathieu Gély, éleveur à Laguiole et dont le troupeau est à l’estive à Aubrac tout près du buron que son frère a rénové pour y faire déguster les produits de l’Aubrac, les participants ont bien compris la détermination et la volonté des éleveurs aveyronnais de faire la différence avec leurs produits de qualité ! «Dans nos démarches, il est des valeurs que ni la bascule, ni le compteur ne peuvent mesurer : le sensoriel, le culturel, l’émotionnel, l’esthétique, qui sont à la base de plus-values certaines auprès des consommateurs, à condition de ne pas faire semblant !», aime à rappeler André Valadier. «L’Aubrac a retrouvé un potentiel que ce soit sur le lait de vache à travers l’AOP Laguiole ou sur la viande à travers le label rouge Bœuf Fermier Aubrac et l’IGP Fleur d’Aubrac, en prenant appui sur ses ressources, sur son territoire... en ne faisant pas semblant !».


Un bel exemple sur lequel le président aveyronnais de Fil Rouge, Pierre Cabrit, a tenu à s’appuyer. «L’Aveyron est un territoire préservé où il y a des savoir-faire engagés ! Plus globalement en France, nos démarches de qualité sont connues et reconnues par les consommateurs, elles font la différence parce qu’elles garantissent la traçabilité, la qualité, l’origine, le lien au territoire... mais nous devons aller plus loin, continuer de les rassurer sur les enjeux environnementaux, le bien-être animal...». Lors de cette assemblée générale, les ODG, élus, institutions... ont exprimé lors d’une table ronde leur vision sur la question environnementale et les solutions permettant de démontrer aux consommateurs l’impact positif des méthodes d’élevage des produits sous Label Rouge, IGP et AOP sur l’environnement. «Dans nos cahiers des charges respectifs, nous avons déjà des éléments de réponse sur ces nouvelles attentes de la société : taux de chargement, période de pâturage... Nous devons les mettre en avant, le faire savoir», poursuit Pierre Cabrit.

Reconnaissance et rémunération

«La loi Egalim a mis au jour la nécessité d’une montée en gamme, nos labels sont des outils de référence en la matière. D’ailleurs les premiers signaux se ressentent : la consommation de viande sous label rouge, notamment en bœuf, progresse, c’est encore un peu timide en veau et en agneau», constate le président de Fil Rouge. Et d’apporter des chiffres convaincants : «60% des consommateurs ont confiance dans les viandes sous label rouge. C’est un signe positif qui doit nous servir de levier pour aller chercher la juste rémunération des producteurs. Il en va aussi de l’avenir de nos filières, pour en assurer le renouvellement avec l’arrivée de nouveaux éleveurs».  


Les visites d’exploitations ont étayé ce discours chez Aurélien Bousquet, éleveur de Veau d’Aveyron et du Ségala, Philippe Tabardel, éleveur d’agneau laiton de l’Aveyron et Bruno Montourcy, éleveur de porcs. «Nous sommes fiers de nos éleveurs Label Rouge et/ou IGP, nous savons que nous pouvons compter sur les citoyensconsom’acteurs pour faire la différence par leurs achats et choisir la qualité vraie !», a conclu Pierre Cabrit.


Eva DZ