lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Dégâts du gel dans la vallée du Tarn : jusqu'à 100% de pertes

06 mai 2021

Dégâts du gel dans la vallée du Tarn : jusqu'à 100% de pertes

Laurent Saint-Affre (FDSEA), Valérie Michel-Moreaux (préfète), Jacques Molières (Chambre d’agriculture) et Romain Déléris (JA), sous des cerisiers impactés à 100 % par le gel.


La préfète de l’Aveyron, Valérie Michel-Moreaux, s’est rendue jeudi 29 avril sur deux exploitations arboricoles de la vallée du Tarn afin de constater les récents dégâts du gel sur les vergers. Elle a rencontré la profession agricole et rappelé le dispositif de soutien annoncé par le gouvernement.

Suite aux épisodes de gel successifs qui se sont produits les 7 et 8 avril sur l’Aveyron, la Chambre d’agriculture et la profession agricole (FDSEA-JA) ont organisé, sur le terrain, un premier constat des dégâts occasionnés par cet événement climatique exceptionnel, en présence de la préfète de l’Aveyron, Valérie Michel-Moreaux, et des représentants des services de l’Etat. Elle s’est rendue chez Sébastien Molinié, au lieu-dit Notre-Dame-des-Champs, commune de Mostuéjouls, puis sur l’exploitation d’Alexandre et Béatrice Bouviala, au GAEC de Saint-Segond, commune de La Cresse,  près d’Aguessac. C’est sur cette commune que la préfète a dressé un premier bilan des dégâts du gel, avec Laurent Saint-Affre (FDSEA), Romain Déléris (JA) et Jacques Molières (Chambre d’agriculture).


Des pertes de 50 à 100 %


«Les cerises, les pêches, les abricotiers ont été les plus touchés, comme les mirabelliers, les pruniers et les pommiers dont il faudra suivre plus tard la récolte», a déclaré Valérie Michel-Moreaux. «Les conséquences sont lourdes ici, avec une perte de moitié de la production de cerises pour ce GAEC, et 100 % de pertes pour les pêchers et les abricotiers. Malgré leurs efforts, les arboriculteurs n’ont pas pu lutter contre des températures de - 5 degrés». Elle ajoute : «Je suis donc venue ici pour rencontrer les arboriculteurs, dont les cerises exigent plus de 7 ans avant de produire, où certains travaillent en mono-production».

Un épisode climatique exceptionnel

L’Aveyron n’avait pas connu pareille catastrophe depuis 1991, selon les arboriculteurs. Les dégâts provoqués par un fort gel sur des arbres trop avancés, du fait des chaudes températures de mars, concerneraient en Aveyron, une soixantaine d’arboriculteurs, dont une vingtaine sur la vallée du Tarn, et une soixantaine de viticulteurs, selon les premiers chiffres relayés par la préfète. Elle a rappelé le dispositif annoncé le 17 avril par le premier ministre Jean Castex, relatif aux aides d’urgences représentant un effort de 1 milliard d’euros. La préfète a indiqué «qu’il fallait avant tout bien identifier les dégâts impactant la filière arboricole mais aussi viticole aveyronnaise», et qu’il était déjà prévu «un report des charges sociales, plus la mise en place du mécanisme de dégrèvement de la taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFNB) avec la direction des finances publiques».
Autre volet évoqué avec la profession agricole, «les aides possibles pour l’investissement matériel destinés à prévenir le gel et le dispositif de prêt garanti par l’Etat avec le secteur bancaire». Il s’agit par exemple de chaufferettes, de système d’aspersion d’eau, ou de tours antigel (avec deux hélices), qui peuvent lutter contre des températures de -3 degrés.

Etat, Région, Département

Un premier recensement servira de base aux missions d’enquêtes qui seront diligentées ultérieurement (la réglementation impose d’attendre la récolte pour constater les pertes). Outre l’Etat, rappelons que la Région a déjà lancé une mesure d’aide exceptionnelle d’une hauteur de 5 millions d’euros à destination des viticulteurs et arboriculteurs d’Occitanie. Et que le Département de l’Aveyron a voté une aide exceptionnelle de 75 000 euros pour les deux coopératives de la vallée du Tarn. La Sica Valfruit  (Rivière-sur-Tarn) recevra 50 000 euros et la coopérative des Coteaux de Millau (Compeyre) 25 000 euros.
Cette rencontre s’est déroulée en présence de nombreux élus, autour du nouveau sous-préfet de Millau, André Joachim, aux côtés de Jean-François Galliard, président du Conseil départemental, Sylvie Ayot, conseillère départementale sur le canton de Millau 2, Emmanuelle Gazel, maire de Millau, vice-présidente de la Région, Arnaud Viala, député, Alain Marc, sénateur...

Michel Papaud nommé «coordinateur Gel»

Le ministre de l’agriculture et de l’alimentation a confié, le 28 avril, au préfet Michel Papaud, la mission de coordonner le plan Gel d’un milliard d’euros, a-t-il annoncé dans un communiqué de presse. Sa mission d’une durée de trois mois va consister à «assurer la coordination avec les autres ministères pour la mise en œuvre des dispositifs de soutien» ; à «consolider les travaux menés par les services du Ministère, des préfectures et de chaque territoire» et enfin à «établir un lien étroit avec les organisations représentatives des professionnels et entreprises affectés», précise le communiqué du ministère.
Michel Papaud, nommé en décembre membre du Conseil supérieur de l’appui territorial et de l’évaluation, a passé une grande partie de sa carrière professionnelle dans la préfectorale. Il a notamment été secrétaire général et sous-préfet hors-classe dans le Finistère (2005-2008) puis en Loire-Atlantique (2008-2012), Promu préfet, il rejoint les Alpes de Haute-Provence (février 2012 - mars 2013) puis le ministère de l’intérieur comme directeur général de la sécurité civile et de la gestion des crises.



D.B.