lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Sommet de l’élevage du 5 au 8 octobre : une édition en grand pour les 30 ans !

04 février 2021

Sommet de l’élevage du 5 au 8 octobre : une édition en grand pour les 30 ans !

La race Aubrac sera à l’honneur de la 30ème édition du Sommet.

Trente ans après la première édition, une nouvelle ère s’ouvre pour le Sommet de l’élevage, prévu du 5 au 8 octobre. Les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands pour la prochaine édition : une surface agrandie, une journée en plus, un programme plus étoffé, une ouverture au digital... Une adaptation à la croissance continue de ce grand salon européen de l’élevage.

Une édition ambitieuse et pleine de promesses... les organisateurs du Sommet de l’élevage ont présenté mardi 2 février, les grandes lignes de leur prochain rendez-vous en octobre. «Globalement sereins» quant à la tenue de l’événement, qui avait été annulé en octobre en raison de la crise sanitaire, les organisateurs ont profité de cette parenthèse pour faire de l’édition des 30 ans, un grand événement.

«Que de chemin parcouru depuis le début des années 90 !», introduit Fabrice Berthon, directeur général du Sommet. «A la création, nous recevions 200 exposants et 11 000 visiteurs. En 2004, année de notre arrivée à la Grande Halle d’Auvergne, nous accueillions 900 exposants et 63 000 visiteurs et en 2021, nous espérons atteindre les 1500 exposants et les 100 000 visiteurs». Mais voilà pour atteindre de tels objectifs, il fallait s’agrandir. «Dans la configuration actuelle, nous ne pouvions envisager de poursuivre le développement du Salon, nous avons donc engagé de nouveaux investissements, grâce à l’engagement de la Région Auvergne-Rhône Alpes», poursuit Fabrice Berthon.

Etre utile aux participants

Résultat, un nouveau hall va voir le jour et une journée d’ouverture est ajoutée. Le Sommet de l’élevage démarrera dès le mardi et jusqu’au vendredi. «Cette nouvelle configuration va nous per- mettre d’améliorer le flux d’accès des visiteurs et d’apporter aussi une réponse à la situation sanitaire actuelle. Chaque visiteur pourra augmenter son temps de visite et ainsi le nombre de contacts avec les exposants. Nous pouvons aussi enrichir la programmation avec de nouveaux créneaux de conférences», détaille le directeur général. Jean-François Blanc, directeur du Sommet, en charge de la commercialisation, a présenté la réorganisation des espaces : ce hall supplémentaire de 10 000m2 va permettre d’accueillir de nouvelles salles de conférences, davatange d’exposants, sur des thématiques nouvelles (énergies renouvelables, transformation fermière...) et d’offrir de meilleures conditions d’accueil et de visite puisqu’il va désengorger les autres halls. «Nous invitons les exposants à réserver leurs espaces dès à présent de façon à pouvoir se positionner rapidement», a encouragé Jean-François Blanc, qui a assuré que les engagements seraient remboursés en totalité en cas d’annulation comme en 2020. «Bien sûr nous n’envisageons pas cette possibilité, nous faisons tout notre possible pour accueillir les exposants comme les visiteurs dans le respect des mesures sanitaires, avec des allées élargies, des espaces agrandis... et une cam- pagne de vaccination efficace qui permettent même aux délégations étrangères de participer comme d’habitude», a avancé Fabrice Berthon.

La crise a forcé les organisateurs à miser davantage sur le développement du digital avec notamment l’ouverture d’une plateforme web et d’une application mobile où l’on pourra suivre les concours, les conférences... à distance. Ces nouveaux outils permettront aussi d’améliorer la préparation de ’événement, d’être connecté avec des professionnels de l’élevage le temps du Salon et tout au long de l’année, d’être informé des nouveautés, des actus... «Prendre des contacts, consulter des projets, poster des offres d’emplois, organiser des webinars... mais aussi commander son plateau repas livré sur son stand, réserver sa chambre d’hôtel... un grand nombre de possibilités s’ouvrent à tous les participants, exposants et visiteurs», liste ainsi Victor Berthon, directeur en charge du développement du digital.

C’est donc une belle affiche qui attend les exposants et les visiteurs en octobre, de quoi redonner du baume au cœur et de l’élan comme l’espère Jacques Chazalet, président du Sommet. «La crise nous a montré que plus que jamais le secteur de l’agriculture sait s’adapter. Le Sommet veut être en phase avec son temps en s’ouvrant aux nouvelles attentes (circuits de proximité et transformation, énergies renouvelables...) et en accompagnant le développement de ce secteur agricole qui recrute, qui innove, qui investit, bref en pour- suivant son développement pour répondre aux besoins des exposants et aux attentes des éleveurs».

Eva DZ