lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Service remplacement : 4 827 euros de don de la part de Lidl

19 Novembre 2021

Service remplacement : 4 827 euros de don de la part de Lidl

Service remplacement : 4 827 euros de don de la part de Lidl

Fruit de la récolte de 5 centimes sur les produits « saveurs de nos régions », 4 827 euros ont été offert au Service remplacement de l'Aveyron. Une enveloppe totale de 300 000 euros au niveau national collectée par Lidl.

« Un paysan doit pouvoir prendre des vacances comme n'importe quel salarié. Il doit pouvoir partir en congé maternité, en congé paternité, en formation, etc. Le Service remplacement est indispensable, d'utilité publique et beaucoup trop méconnu des Français. C'est pour cela que nous avons lancé ce partenariat. Bien sûr, nous n'allons pas nous arrêter là. Ce dispositif va continuer au niveau national », a défendu Michel Biero, directeur exécutif achats et marketing Lidl France. À l'entrée du magasin Lidl d'Onet-le-Château, les équipes de l'entreprise de distribution ont offert au président du Service remplacement Jérôme Valière un chèque de 4 827 euros.

Une somme récoltée de 300 000 euros au niveau national, grâce à une opération menée du 3 au 9 mars. L'enveloppe est ensuite reversée à chaque département. 5 centimes d'euros ont été récoltés sur la vente de chaque produit de la marque « saveurs de nos régions » dans toutes les enseignes Lidl. Cette somme sera entièrement dédiée au financement de journées de remplacement pour le motif de congés, tel que le prévoit le partenariat. « Le conseil d’administration du SR Aveyron a fait le choix d'attribuer cette aide aux adhérents qui ont le plus contribué à la vie du service et qui répondent présent lorsqu'ils sont sollicités », précise Jérôme Valière.

Lidl, par la voix de Michel Biero, a indiqué vouloir continuer de tels partenariats avec les agriculteurs et les éleveurs. « Notre objectif est de continuer à soutenir le monde agricole français. D'autant plus dans cette période où les éleveurs ont de plus en plus de difficultés à vendre leur lait à un prix décent par exemple », assure le directeur exécutif achats et marketing de Lidl France. Parmi les pistes évoquées, celle d'un rémunérascore, à l'heure où Egalim 2 est l'objet de toutes les attentes. L'idée serait de classer les produits selon la rémunération réelle perçue par les paysans. « Ce qui est, aujourd'hui encore, un point souvent inconnu de la part des industriels, même en tant que distributeur. Peut-être verrions nous que certains seraient très mal classés », affirme Michel Biero.

Suite à la rencontre, différents services, comme la FNB, sont venus s'entretenir avec Michel Biero pour échanger autour de la juste rémunération des agriculteurs et le rôle des distributeurs. Nul doute que les discussions ont tourné autour d'Egalim et de possible futurs partenariats avec les filières lait et viande.

Jérémy Duprat