lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Premiers arbitrages sur le Plan stratégique national attendus en avril

09 Avril 2021 | Actus nationales | Actus élevage

Premiers arbitrages sur le Plan stratégique national attendus en avril

Selon le cabinet du ministre de l’Agriculture, les premiers arbitrages de Julien Denormandie devraient intervenir d’ici la fin du mois d’avril. Au cœur des discussions, les écorégimes.

Calendrier serré pour le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, sur l’élaboration du Plan stratégique national (PSN). Selon son entourage, il doit être finalisé d’ici l’été pour que la prochaine PAC puisse s’appliquer en janvier 2023. La concertation lancée avec les différentes parties prenantes dans le cadre du Conseil supérieur d’orientation agricole et les Conseils régionaux devrait aboutir à de premières décisions d’ici la fin avril.

Au cœur du débat, les écorégimes, c’est-à-dire la partie des paiements directs qui doit être attribuée aux agriculteurs sur la base de critères environnementaux dans la prochaine PAC. En attendant la fixation du montant de l’enveloppe qui leur sera réservé –entre 20 % et 30 % selon l’issue des négociations entre le Conseil des ministres de l’Agriculture), le Parlement de Strasbourg et la Commission européenne– les discussions portent sur leur contenu.

A ce stade, le ministère de l’Agriculture a retenu plusieurs voies d’accès aux aides qui y seront liées : la certification des exploitations qu’elles soient biologiques ou haute valeur environnementale, la diversité des cultures y compris le maintien des prairies permanentes et les infrastructures écologiques. Le ministère inclut dans ce terme tout ce que les agriculteurs pourraient faire en termes de plantation de haies, d’implantation de jachères, de mares, de bandes enherbées… à condition de représenter un certain pourcentage de l’exploitation.

60 à 80 euros/ha en jeu

Sur les quelques 6,7 milliards d’euros de paiements directs dédiés à la ferme France, c’est 1,6 milliard qui est jeu en retenant un taux moyen de 25 %. Au cabinet du ministre de l’agriculture, il est souhaité que la plupart des agriculteurs puissent bénéficier de ces écorégimes et que les critères ne soient pas contraignants. Si tel n’était pas le cas, les agriculteurs non éligibles se verraient alors amputer de 20 à 30 % de leurs aides, soit 60 à 80 €/hectare. Leur exclusion serait alors catastrophique en termes de revenu, ce que le ministère de l’Agriculture reconnaît également.

Pour ce qui est des aides du second pilier, dédiées au développement rural, c’est-à-dire celles qui concernent les indemnités compensatrices de handicap (ICHN), les aides à l’installation, à l’agriculture biologique, celles consacrées aux investissements dans les industries agricoles et agroalimentaires ainsi qu’aux zones rurales, la concertation avec les régions va s’engager prochainement.

Contrairement à la situation actuelle, où les différentes aides sont cogérées par l’Etat et les régions, celles-ci sont seront désormais soit du ressort exclusif de l’Etat, soit des Conseils régionaux, comme les ICHN et la Dotation aux jeunes agriculteurs.

Une fois tous les arbitrages effectués d’ici l’été, le PSN sera soumis à consultation publique avant d’être transmis, avant le 1er janvier 2022, à la Commission de Bruxelles qui devra le valider. Ce n’est qu’une fois cette procédure réalisée, qu’il pourra s’appliquer, comme prévu, en janvier 2023.

 éleveurs+PAC+FNB