lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Flambée des engrais : certains éleveurs «n’ont pas les moyens d’acheter»

21 Septembre 2022

Flambée des engrais : certains éleveurs «n’ont pas les moyens d’acheter»

Yara, leader mondial des engrais minéraux azotés, a alerté le 20 septembre sur une «destruction de demande», la hausse des prix faisant que «des zones, comme celles d’élevage, n’ont pas les moyens d’acheter de l’azote». «On arrive à des niveaux de prix qui font que certains pans de l’agriculture ne peuvent plus investir dans ces intrants», a déclaré Nicolas Broutin, président de Yara France. Les achats d’engrais azotés ont déjà plongé de 15% sur la dernière campagne, d’après lui, et «un scénario à peu près identique» est en cours. Dans un marché «extrêmement tendu», des ruptures d'approvisionnement d'engrais ne peuvent pas être «complètement exclues», a-t-il aussi rappelé. Et de rappeler que «65 % de nos capacités de production sont à l'arrêt» sur le Vieux Continent «pour une durée indéterminée». Si les usines françaises du groupe «tournent à plein», grâce à l'importation d'ammoniac (produit précurseur des engrais), Yara rappelle qu'environ 60% des engrais azotés utilisés en France (tous fabricants confondus) sont importés d'usines étrangères. Ils proviennent notamment de l'usine Yara de Tertre, en Belgique, qui représente entre 20% et 25% des volumes du groupe pour l’Hexagone, et va cesser complètement la production «dans les prochains jours», a indiqué Nicolas Broutin. Par ailleurs, l'industrie connaît des «difficultés à trouver des camions» pour livrer les agriculteurs.

La rédaction